article paru sur LeParisien.fr le 17/11/11

Toréador et Hess ne renoncent pas totalement au pétrole de schiste. Alors que la production totale de pétrole conventionnel est évaluée à 500 millions de barils dans le Bassin parisien, la quantité de pétrole de schiste se chiffrerait en milliards de barils. Une manne séduisante pour la France, qui importe 99% de sa consommation.

Pour affiner les estimations de ce qui dort en sous-sol, des tests scientifiques de fracturation hydraulique sont prévus par la loi de juillet dernier. Toréador et Hess sont sur les rangs pour les réaliser. C’est la commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux qui est chargée de ce dossier. Un décret est en préparation pour établir ses modalités de fonctionnement.

Les commentaires sont fermés.