Confidences d’un travailleur pétrolier et gazier : je vis au paradis, mais c’est un travail d’enfer…

Publié: 16septembre par clata2013 dans Actualité, HYDROCARBURES NC, IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ET SANITAIRES, Le gaz de schiste?, Monde, NI ICI NI AILLEURS, Regards anonymes
Tags:, , , , , , ,

PC_110324_46u00_forage-gaz_sn635

Ma famille et moi sommes déménagé de l’Alberta en septembre dernier pour améliorer notre qualité de vie. Nous avons choisi de vivre près de la ville natale de mon épouse au Nouveau-Brunswick. Un endroit où le train de vie est plus lent et plus facile à gérer. Maintenant, nous apprenons que notre région est visée pour du développement pétrolier et gazier.

Je ne veux pas de fracturations hydrauliques dans ma ville.

Voici pourquoi: Çà commence avec les arpenteurs, ensuite les forages, les fracturations hydrauliques, ensuite la complétion (NDLR: rendre le site du puits prêt pour la production), et le cimentation. Habituellement, les arpenteurs font peu de bruit.

Mais ensuite, l’équipe de construction arrive avec leurs gros camions remorques, leurs bulldozers et leurs excavatrices. Pour les prochaines 2 semaines, on peut entendre le bruit à des milles de distance, toute la journée, et toute la nuit. La nature ne sera jamais plus la même. Jamais.

Ensuite viennent les transporteurs de la tour de forage. De gros camions qui auront voyagé pendant une semaine environ avec un voyage surdimensionné conduits par des chauffeurs fatigués d’avoir négocié des petites routes d’arrière pays: tout un défi. Les routes seront endommagés jusqu’à la fondation.

Ensuite une équipe de forage viendra pour une période qui varie entre 4 et 6 mois, selon si les choses vont bien ou pas. Les frackeurs viendront ensuite pour faire partir le puits en production. Cela pourrait prendre de 3 à 45 jours, selon le programme du puits. Cela vient avec une circulation dense de camions sur les autoroutes qui dure 24 heures par jour. Toutes sortes de recettes de mélanges de fluides et de sable seront utilisées, dont certains ingrédients sont dangereux. Rien ne sera étiqueté. Les camionneurs ne savent pas exactement ce qu’ils transportent dans leur camion.

Finalement, c’est la complétion et les cimentations.

Les forages ont lieu nuit et jour. Ensuite quand ils forent au travers la nappe phréatique, c’est normal qu’ils auront ce qu’ils appellent des « pertes ». Cela veut dire qu’ils perdent des fluides de forage dans la nappe phréatique. Cela se produit parce que le ciment fendille ou s’effrite, tout comme les fondations de votre maison. Ajoutez à cela les dangers du gaz sous pression.

Lire la suite http://lesamisdurichelieu.blogspot.ca/2014/09/confidences-dun-travailleur-petrolier.html

Confessions of an Oil and Gas Worker: I live in Heaven, but I work in Hell… http://www.wepac.ca/fracking-and-environment/confessions-of-an-oil-and-gas-worker-i-live-in-heaven-but-i-work-in-hell/

Les commentaires sont fermés.