Rhône-Alpes, la réserve française de gaz de schiste

Publié: 4octobre par clata2013 dans Actualité

Les sous-sols ardéchois et drômois comptent parmi les principaux sites de réserves potentielles européennes.

Invité de l’émission Des paroles et des actes, ce jeudi, sur France 2, Alain Juppé, candidat à la primaire de l’UMP pour la présidentielle de 2017, a plaidé pour l’implantation d’un « site pilote » sur les gaz de schiste. L’actuel maire de Bordeaux a précisé que, « si ce site pilote fonctionne, alors là on pourra y aller », mentionnant les « enjeux environnementaux » à prendre en compte.

Les sous-sols ardéchois et drômois comptent parmi les principaux sites de réserves potentielles européennes.

Les réserves disponibles dans les sous-sols de Rhône-Alpes

La France détiendrait au moins 25 % des réserves européennes de schiste (selon le CERA, Cambridge Energy Research Associates), les réserves européennes pourraient atteindre 12 000 milliards de mètres cubes. Les statistiques étant très compliquées, E.ON avance le chiffre de 16 000 milliards de mètres cubes.

Drôme

D’après un document de Total, la zone prospectée autour de Montélimar, soit 4 327 km2, pourrait contenir 85 TCF (trillion cubic feet), soit 2 380 milliards de mètres cubes de gaz de schiste. Le taux de récupération étant faible, on estime que seulement 40 % du gaz présent dans la roche sera effectivement extrait. La superficie de Montélimar donnerait 952 milliards de mètres cubes de gaz, soit 21 fois la consommation annuelle de gaz en France.

Ardèche

Pour l’aire de Villeneuve-de-Berg, Martin Schuepbach, président de Schuepbach Energy LLC, écrivait en mai 2010, dans le Bulletin de l’industrie pétrolière que “les données disponibles [dans ce secteur] sont excellentes”, estimant « le potentiel gazier [à] plusieurs dizaines de milliards de mètres cubes ».

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Environnement/Rhone-Alpes-la-reserve-francaise-de-gaz-de-schiste

Les commentaires sont fermés.