permis_de_saint-griede-4377b-4d128

Cette année, la journée internationale contre la fracturation hydraulique (Global frackdown) revêt une importance particulière dans le Gers. Un nouveau dossier de travaux concernant l’acquisition de mesures géophysiques par la société australienne Gas2Grid, a été déposé à la préfecture du Gers. Le 4 août, un arrêté préfectoral a autorisé ces travaux. Aucune information, aucune concertation n’ont eu lieu auprès des maires et de la population. Une enquête publique aurait dû être mise en place par la Préfecture. De plus, le permis attribué à Gas2Grid en 2008 est venu à expiration le 21 avril 2013 et son renouvellement n’a pas été accordé à ce jour.

Ces recherches, prévues au premier semestre 2015, seraient effectuées par la méthode de réflexion/vibro-sismique. Les ondes émises peuvent avoir des conséquences sur l’environnement, l’eau, les constructions. Les activités économiques, agricoles et touristiques peuvent être perturbées par l’emprise de ces travaux et la circulation des véhicules.

Il s’agit d’une première étape ; dans le Gers et ailleurs en France, des travaux d’exploration sont programmés et si des réserves de gaz ou de pétrole de schiste sont détectées, la suite sera l’exploitation. Les industriels, qui se livrent à un lobbying intense, attendent une modification de la loi interdisant la fracturation hydraulique, menacée par un éventuel changement de majorité.

Le Collectif Non au gaz de schiste 32 demande :

Le retrait de l’arrêté préfectoral autorisant les travaux prévus par Gas2Grid sur le permis de Saint-Griède, l’interdiction des travaux, le refus du renouvellement du permis.
L’interdiction totale de l’expérimentation, de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels, quelle que soit la technique utilisée.

Lire la suite http://www.nonaugazdeschiste32.org/spip.php?article24

Les commentaires sont fermés.