Des amendements présentés par l’UMP, dans le cadre de la discussion sur le projet de loi relatif à la transition énergétique, avaient pour objet de rouvrir la possibilité d’une recherche relative aux hydrocarbures non conventionnels liquides ou gazeux.

L’interdiction d’exploitation des gaz de schiste a été fortement défendue dans l’Hémicycle par Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, qui a par ailleurs ajouté qu’il n’y aurait pas de permis de recherche d’hydrocarbures dans le parc du Lubéron, comme certains l’avaient craint localement.

Sabine Buis, députée de l’Ardèche, rapporteure du titre II (rénovation énergétique des bâtiments) ainsi que du titre IV (économie circulaire) rappelle : « Le débat sur les gaz de schiste n’a pas sa place dans le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. Les objectifs sur la réduction des gaz à effet de serres (GES) ne sont pas compatibles avec ce type d’exploitation. On ne construit pas le futur en inscrivant dans la loi les erreurs du passé. Par contre, nous devons légiférer très rapidement sur le sujet du code minier. » La Députée ajoute : « En tant que membre du groupe de travail sur la réforme du code minier, je veillerai à ce que dans la réforme à venir, la France se dote d’un outil efficace de protection de son environnement. »

http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/transition-energetique-le-gaz-de-schiste-n-a-pas-sa-place-dans-un-projet-de-loi-pour-une-croissance-verte-94735.html

Les commentaires sont fermés.