A « seulement » 733 milliards d’euros, les investissements pétroliers ralentissent

Publié: 10octobre par sebasta dans Actualité, ECONOMIE, LOBBIES & Co. : Ils vous manipulent !
Tags:, , , , ,

Pauvres compagnies pétrolières… un snif snif de l’usine nouvelle :

En raison de retard et de surcoûts sur leurs grands projets, les majors pétroliers lèvent un peu le pied sur leurs investissements. Aussi, si le secteur investit de plus en plus depuis 2010, la croissance des dépenses se tasse légèrement entre 2013 et 2014.

Comme chaque année, l’Institut français du pétrole énergie nouvelle (IFPEN) publie son rapport sur l’état des investissements en exploration-production et raffinage. En 2014, le monde du pétrole fait face à des fortes instabilités politiques dans des zones productrices (Lybie, Irak, Nigeria, Venezuela, Russie…) qui ont pour effet d’abaisser la disponibilité des ressources pétrolières de 2,5 millions de barils par jour. Malgré ces tensions, le prix du baril est à la baisse en ayant perdu 17 % de sa valeur depuis juin. Olivier Appert, président de l’IFPEN, juge qu’un prix de 100 dollars par baril est envisageable à long terme.

Ralentissement mais record

Pour ce qui est des investissements, les pétroliers lèvent le pied. En 2014, les dépenses en exploration-production atteignent 733 milliards d’euros, en progression de seulement 5 % par rapport à 2012. Une faible augmentation alors que depuis 2010, la croissance était de 11 % par an. Ce ralentissement est dû aux majors, comme Total, qui réévaluent leurs dépenses. Cela se ressent dans les découvertes pétrolières. Entre janvier et septembre 2014, seulement 155 découvertes de champs de pétrole et/ou de gaz ont été répertoriés dans le monde contre 172 en 2012 et 177 en 2013.

Le coût des nouveaux projets s’est envolé tandis que plusieurs chantiers ont pris du retard, des facteurs très négatifs pour les marges. Les majors ont ainsi diminué leur investissements de près de 8 % sur la période 2013-2014, tandis que les grandes compagnies nationales et les petits acteurs indépendants (en particulier dans le gaz de schiste en Amérique du Nord) sont restés plus actifs. Malgré ce ralentissement, les investissements en 2015, en croissance de 4 %, atteindront 762 milliards, un record absolu.

La suite sur : http://www.usinenouvelle.com/article/a-seulement-733-milliards-d-euros-les-investissements-petroliers-ralentissent.N288499

Les commentaires sont fermés.