Ce samedi 11 octobre est la 3ème journée internationale de mobilisation contre les hydrocarbures de schiste et la 1ère journée européenne d’actions contre TAFTA et « les traités des multinationales ». Une convergence bienvenue puisqu’aucune véritable transition énergétique n’est possible sans stopper à la fois ces accords de libre-échange et l’expansion de la frontière des hydrocarbures.

Une décision de la Commission européenne de ce début de semaine, passée inaperçue, le montre clairement. Les accords de libre-échange que l’Union européenne (UE) négocient avec le Canada et les Etats-Unis, pour ne citer que ceux-là, entravent la possibilité de mise en œuvre de véritables et ambitieuses politiques de transition énergétique et renforcent l’extrême dépendance de nos économies aux importations d’énergies fossiles. Le tout en contribuant à encourager l’exploitation de nouvelles sources d’hydrocarbures extrêmement polluants.

En effet, ce lundi 6 octobre, la Commission européenne a renoncé, dans la mise en œuvre de la directive sur « la qualité des carburants », à faire du pétrole issu des sables bitumineux un carburant « hautement polluant ». Il en sera de même pour les hydrocarbures de schiste. Cette décision survient quelques jours à peine après l’annonce officielle de la clôture des négociations commerciales entre le Canada et l’UE. C’est une victoire pour les lobbies pétroliers qui n’ont cessé de multiplier les pressions et pour le gouvernement canadien qui avait conditionné la possible signature de cet accord de libre-échange à la levée des restrictions aux importations du pétrole issu des sables bitumineux.

Lire la suite http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/111014/contre-les-gaz-de-schiste-et-contre-tafta-un-meme-combat-pour-la-transition

Les commentaires sont fermés.