Plusieurs rassemblements contre les gaz de schiste se sont déroulés samedi en France notamment à Narbonne (Aude) et Auch à l’occasion de la troisième journée internationale contre la fracturation hydraulique, seul mode d’extraction connu des hydrocarbures non conventionnels.

Les manifestants ont le plus souvent couplé ce combat avec celui contre le projet d’accord de libre-échange transatlantique (TAFTA).

A Narbonne, entre 300 et 600 personnes suivant les évaluations de la police et des organisateurs, ont défilé dans le centre en fin de matinée à l’appel d’une vingtaine de collectifs de Languedoc-Roussillon.

La mobilisation a été toutefois un peu inférieure aux attentes des organisateurs, les intempéries ayant empêché les collectifs du Gard de rejoindre Narbonne en autocar.

Au côté des collectifs, on remarquait des militants du PCF et d’autres composantes du Front de gauche ainsi que des écologistes d’EELV, des militants d’ATTAC et de la Confédération paysanne.

Au plan local les opposants aux gaz de schiste sont mobilisés depuis plusieurs années contre le permis d’exploration accordé en 2008 à une société scandinave, Lundin Petroleum, et ils s’inquiètent d’un possible renouvellement de ce permis qui expire le 30 octobre.

Les militants d’Attac qui combattent le projet TAFTA étaient présents et s’apprêtaient à tenir un colloque anti-Tafta dans l’après-midi.

A Auch ils étaient 100, selon la police, 200, selon les organisateurs, anti-schistes et anti-tafta mêlés, rassemblés place de la mairie.

Alain Joannès d’Attac expliquait ce lien en déclarant: le TAFTA devrait instaurer des tribunaux supra-nationaux devant lesquels des entreprises pourraient faire condamner une loi française hostile aux gaz de schiste.

Autour des stands d’information mis en place par les manifestants, on remarquait des banderoles indiquant: Nous ne sommes pas maso-schistes, Gaz de schiste, non merci ou encore L’Europe nous brise, le Tafta nous les brise.

A l’autre bout de la France un petit groupe de manifestants s’est réuni en début d’après-midi sur la Grand’Place de Lille. Membres du collectif houille-ouille-ouille, ils sont hostiles aux gaz de schiste mais aussi à l’extraction du gaz de couche de charbon dans la région Nord-Pas-de-Calais.

Un peu partout en France des collectifs dénoncent la volonté des industriels d’obtenir des permis de recherche qui pourraient, selon eux, déboucher sur une exploration d’hydrocarbures non conventionnels bien que la loi interdise depuis 2011 la fracturation hydraulique.

http://www.romandie.com/news/Manifestations-a-Narbonne-et-a-Auch-contre-les-gaz-de/526317.rom

Les commentaires sont fermés.