image

Dominic Champagne – Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir 

Des écologistes se sont réunis à Cacouna et à Bécancour samedi pour manifester leur désaccord avec l’exploitation des hydrocarbures au Québec ainsi que leur transport par train, navire ou oléoduc. La centaine de personnes réunies à Bécancour étaient là pour affirmer qu’il n’existe pas d’acceptabilité sociale sur la question au Québec.

«Le gouvernement et l’industrie travaillent sur l’acceptabilité sociale. C’est le mot magique. Mais les manifestations démontrent qu’il n’en a pas», a lancé en entrevue l’auteur, metteur en scène et documentariste, Dominic Champagne, en marge de la Journée mondiale contre la fracturation.

«Nous avons gagné la première manche en stoppant l’industrie. Notre meilleur allié à l’époque était par contre le prix du gaz qui a chuté. Si le prix du gaz avait été élevé, on sait très bien que l’industrie aurait trouvé les moyens [de poursuivre].»

Le coordonnateur général du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, Jacques Tétreault, abonde en ce sens. Il s’apprête de plus à déposer une pétition à l’Assemblée nationale, sur laquelle plus de 28 000 propriétaires de la vallée du Saint-Laurent s’opposent à l’exploitation des gaz de schistes sur leur terrain. «Avec les deux pétitions, nous sommes rendus à 60 000 propriétaires qui s’opposent. Il n’y a pas d’acceptabilité sociale», affirme-t-il.

Lire la suite http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/environnement/201410/11/01-4808576-exploitation-des-hydrocarbures-il-ny-a-pas-dacceptabilite-sociale.php

Les commentaires sont fermés.