Un sommet mondial des régions pour le climat s’est tenu à Paris ce week-end, auquel a participé le climatologue Jean Jouzel. Coordonnateur d’un rapport sur l’évolution du climat en France, il fait un point pour Futura-Sciences sur les discussions en cours, prélude au sommet sur le climat de Paris, COP 21, qui débutera fin novembre 2015. Pour lui, les pistes principales sont connues.

Quelles sont les bonnes pistes ?

Jean Jouzel : On sait quoi faire. Nous disons à peu près la même chose depuis les années 1970… La vraie question est celle de la concrétisation. Tout le monde a signé pour réduire le réchauffement à long terme à 2° C mais peu a été fait dans ce sens. On sait que pour parvenir à cette valeur, il faut aller chercher moins de 20 % des réserves d’énergies fossiles existantes (pétrole, gaz et charbon). Pourtant, avec l’exploitation des gaz de schiste, nous faisons le contraire. Et nous n’avons jamais émis autant de gaz à effet de serre… Les deux leviers sont, premièrement, l’efficacité énergétique et, deuxièmement, les énergies renouvelables.

Dans son cinquième rapport, le Giec utilise de nouveaux scénarios RCP [(Representative Concentration Pathway), NDLR]. Le plus pessimiste, le RCP 8.5, se base sur une augmentation du forçage radiatif en 2100 de 8,5 W/m2 (nous en sommes actuellement à 2 ou 3 W/m2). Avec lui, nous arriverons à une hausse planétaire de 4 °C en 2100 et qui se poursuivra. En réduisant les émissions de gaz à effet de serre de sorte de descendre ce forçage à 2,6 W/m2, la hausse des températures à une valeur moyenne de + 2°C. On voit très nettement la différence entre « laisser faire » et « on agit » !

Lire la suite http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/climatologie-jean-jouzel-il-faut-moins-energies-fossiles-55613/#xtor=RSS-8

Les commentaires sont fermés.