Le Post Carbon Institute vient de publier un nouveau rapport rédigé par David Hughes, l’auteur de Drill Baby Drill (« Fore, chéri, fore ») (1). Il nous permet de comprendre comment l’industrie et les organismes fédéraux des États-Unis contribuent par un battage médiatique à présenter les avantages économiques et énergétiques présumés des hydrocarbures non conventionnels.

Les données du rapport apportent un éclairage sur la réalité des prévisions optimistes de l’EIA (Energy Information Administration)(2) au sujet du boom du pétrole et du gaz de schiste aux Etats-Unis. Il remet en question ​​les déclarations de l’industrie au sujet de l’indépendance énergétique des États-Unis et de la viabilité des exportations des hydrocarbures de schiste. Il montre que l’agence américaine d’information sur l’énergie a publié des prévisions exagérées qui induisent en erreur les décideurs et l’opinion publique sur l’avenir énergétique à long terme de l’Amérique .

Quelques exemples :

– Quatre des sept plus importants gisements américains de gaz schiste ont atteint leur sommet de production : les sept principaux gisements de gaz de schiste représentent 88% de la production actuelle aux Etats-Unis et 88% des prévisions de production cumulée jusqu’en 2040 définies par l’EIA. Mais quatre de ces gisement sont déjà en déclin de production.

– 130.000 puits de gaz de schiste supplémentaires devront être forés d’ici 2040 pour répondre aux projections, bien au-dessus des 50 000 puits forés jusqu’en 2013 sur les sites d’exploitation. En supposant un coût moyen par puits de 7 millions $, 910 milliards de dollars d’apport de capital supplémentaire seraient nécessaires jusqu’en 2040.

–  la production des hydrocarbures de schiste des principaux gisements aux Etats-Unis serré de tous les jeux majeurs aux États-Unis atteindra son maximum avant 2020, et en l’absence de nouvelles découvertes importantes à l’échelle des gisement de Bakken ou d’Eagle Ford, la production sera bien en deçà des prévisions annoncées par l’EIA jusqu’en 2040.

– En 2040, le taux de production d’hydrocarbures de schiste des gisements de Bakken et d’ Eagle Ford serait dix fois inférieur à celui projeté par l’EIA, et la production d’autres gisements est probablement surévaluée.

La réalité est que ces prévisions à long-terme du gouvernement sur lesquelles tout le monde se fie pour conduire une politique énergétique et sa planification sont très optimistes. Elle prouve que la prétendue révolution du gaz schiste est une bulle à court terme.

Télécharger le rapport : http://www.postcarbon.org/wp-content/uploads/2014/10/Drilling-Deeper_FULL.pdf

(1) Drill, Baby, Drill: Can Unconventional Fuels Usher in a New Era of Energy Abundance? http://www.postcarbon.org/publications/drill-baby-drill/

Au sujet de J. David Hughes

J. David Hughes est un géologue qui a étudié les ressources énergétiques du Canada pendant près de quatre décennies, dont 32 ans avec la Commission géologique du Canada en tant que scientifique et directeur de la recherche.

Il a développé l’Inventaire national du charbon pour déterminer la disponibilité des ressources de charbon au Canada et les contraintes environnementales associées à celles-ci. En tant que directeur d’ études pour le gaz non conventionnel au sein du Comité canadien sur le potentiel gazier, il a coordonné la publication d’une évaluation globale sur le potentiel de gaz naturel non conventionnel au Canada. Il est actuellement président d’une agence d’expertise dédiée à la recherche sur les questions énergétiques et le développement durable.

http://www.postcarbon.org/our-people/david-hughes/

(2) L’EIA est l’ agence indépendante de la statistique au sein du ministère de l’Energie des Etats-Unis.
L’agence rassemble des données sur les réserves d’énergie, la production, la consommation, la distribution, les prix, les technologies et tous les éléments connexes sur le plan international, économique et financier.

Source: Les Amis de la Terre Europe

Les commentaires sont fermés.