Le projet de TransCanada : exporter la production des sables bitumineux et du pétrole de schiste.

Publié: 31octobre par clata2013 dans Actualité, HYDROCARBURES NC, LOBBIES & Co. : Ils vous manipulent !, Monde, NI ICI NI AILLEURS, sables-bitumineux
Tags:, , , , , , , , , ,

Avec le dépôt officiel jeudi du projet Énergie Est à l’Office national de l’énergie, le gouvernement fédéral prend désormais le contrôle de l’évaluation de ce pipeline qui fera du Québec le point le plus névralgique au Canada pour l’exportation de pétrole albertain. Un pipeline qui doit parcourir plus de 700 kilomètres du sud de la province, traverser plusieurs rivières majeures et poser de multiples risques environnementaux.

Les documents déposés par TransCanada à l’Office national de l’énergie (ONE) sont à la mesure de ce projet industriel de 12 milliards de dollars. Pas moins de 30 000 pages détaillent les moindres aspects du plus important projet de pipeline en Amérique du Nord. Une infrastructure conçue pour permettre l’exportation de pétrole des sables bitumineux, mais aussi de pétrole de schiste. La pétrolière n’a toutefois pas précisé jeudi les proportions de l’un et de l’autre.

Quoi qu’il en soit, le volume d’énergie fossile demeure le même : 1,1 million de barils de brut circuleront dans le sol du sud du Québec chaque jour — l’équivalent de 1335 wagons-citernes — dans un pipeline d’un mètre de diamètre. L’imposant tuyau qui devra être construit au Québec aura une longueur de plus de 700 kilomètres, soit près de la moitié de toute la longueur de pipeline à bâtir pour réaliser le projet de la multinationale albertaine.

Villes et rivières

Le tracé est d’ailleurs désormais très détaillé, même si le projet n’a pas encore fait l’objet de consultations publiques autres que celles menées directement par TransCanada.

Les cartes fournies par la pétrolière indiquent que le pipeline traversera non seulement de très nombreux secteurs agricoles, mais aussi le territoire de plusieurs dizaines de municipalités des deux rives du Saint-Laurent. Parmi celles-ci, on retrouve Lachute, Louiseville, Mirabel, Repentigny, Berthierville, Louiseville, Trois-Rivières, Portneuf, Donnacona, Lévis et la région du Témiscouata. Des tuyaux secondaires permettront de transporter du brut vers Montréal, Lévis et Cacouna.

Tout au long de son tracé, le pipeline doit aussi traverser de nombreuses rivières majeures du sud du Québec, dont plusieurs sont utilisées comme source d’eau potable par les municipalités. Le tuyau transportant du pétrole de schiste et des sables bitumineux traversera notamment la rivière des Outaouais, la rivière des Prairies, celle des Mille-Îles, la Saint-Maurice, la Sainte-Anne, la Batiscan, la Chaudière et la rivière Etchemin.

Qui plus est, le tuyau chargé d’or noir traversera le fleuve Saint-Laurent à Saint-Augustin-de-Desmaures, un peu en amont de Québec. Se faisant, il passera au travers d’une réserve naturelle abritant une biodiversité unique au monde. Le ministère de l’Environnement du Québec a d’ailleurs autorisé la pétrolière à effectuer des forages près de celle-ci. Enfin, le pipeline longera parfois l’autoroute 40, en plus de passer sous l’autoroute 20 dans le secteur de Lévis.

Sans oublier le port pétrolier qui sera construit à Cacouna. Dans les documents remis à l’ONE — dont plusieurs sont uniquement disponibles en anglais —, TransCanada reconnaît clairement que le terminal où seront chargés les pétroliers sera construit directement dans l’« habitat critique » du béluga du Saint-Laurent. L’entreprise souligne aussi le risque que représente la pollution sonore sous-marine. Mais elle estime que la présence de la jetée de 500 mètres où viendront s’amarrer des pétroliers de 250 mètres de longueur n’aura pas d’impact sur les bélugas.

L’ONE a donc désormais le contrôle sur l’étude du dossier. L’organisme, qui relève directement du bureau du premier ministre, a 15 mois pour étudier le projet et formuler des recommandations.

C’est dans le contexte des audiences publiques à venir au fédéral que le gouvernement Couillard pourra présenter sa position. S’il ne cache pas son préjugé favorable envers le projet pétrolier, le gouvernement a réaffirmé jeudi sa volonté de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour étudier le projet de pipeline et celui de port. Mais aucun détail n’a jusqu’ici été précisé, notamment sur les échéanciers. Le Québec sera prêt « à temps » pour les audiences de l’ONE, a dit jeudi le ministre de l’Environnement David Heurtel.

Processus restrictif

Le hic, a déploré le directeur principal d’Équiterre, Steven Guilbeault, c’est que le processus de l’ONE est très restrictif. Ainsi, les intervenants qui veulent prendre part aux audiences doivent démontrer la pertinence de leur intervention. Et ils n’ont pas le droit d’aborder les impacts de ce projet sur les émissions de gaz à effet de serre du Canada. Pas question non plus de discuter de l’épineux dossier de la production du pétrole des sables bitumineux.

M. Guilbeault s’inquiète aussi du « retard » pris par le Québec dans le dossier. « Nous n’avons aucune indication quant au processus qui guidera le BAPE. On nage en plein brouillard. Ça m’inquiète, quand on se rappelle le cafouillage autour des travaux préliminaires à Cacouna. » Dans le cas des travaux autorisés par le gouvernement Couillard dans la pouponnière de bélugas du Saint-Laurent, le feu vert a été donné sans avis scientifique ou évaluation des risques environnementaux.

Robert Michaud, spécialiste qui étudie l’espèce depuis plus de 30 ans, a d’ailleurs déploré la décision de TransCanada de maintenir son projet de port à Cacouna. « J’espérais que TransCanada écoute les multiples préoccupations soulevées au cours des derniers mois et présente une alternative pour cette composante du projet. J’ai la conviction que ce projet est incompatible avec la conservation des bélugas du Saint-Laurent. »

Avec le projet de TransCanada et l’inversion de l’oléoduc 9B d’Enbridge, ce sont 1,4 million de barils de pétrole brut de l’Ouest qui couleront chaque jour vers le Québec d’ici 2018. C’est l’équivalent de la moitié de toute la production des sables bitumineux attendue en 2020.

À la clé, les retombées économiques présentées par TransCanada devraient être majeures au Canada. Selon une fiche d’information produite par l’entreprise, le projet doit générer au Québec 2400 emplois directs durant la construction, soit sept ans. Ensuite, le pipeline et le port de Cacouna doivent générer un total de 133 emplois directs.

http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/422533/cacouna-transcanada-reconnait-que-son-port-petrolier-occupera-l-habitat-critique-du-beluga

Les commentaires sont fermés.