Gaz de schiste? La Wallonie pourrait plutôt opter pour le gaz de houille

Publié: 2novembre par clata2013 dans Actualité, Gaz de houille ou de couche, Le gaz de schiste?, Monde
Tags:, , , , ,

Un problème préoccupe la plupart des pays de la planète: l’indépendance énergétique. La Belgique n’y échappe pas, et creuse depuis peu la piste du gaz de schiste. Le gouvernement flamand a confirmé cette semaine qu’il renonçait, pour le moment, à explorer et à extraire ce gaz, pourtant bien présent chez nous, tant en Flandre qu’en Wallonie. Mais l’est-il pour autant en quantité et en qualité exploitables? La question suscite bien des débats.

Il y a du gaz de schiste en Belgique. On le sait par différents recoupements. Mais aucune étude plus précise n’a encore été menée. Il est ainsi impossible de savoir sous quelle forme et en quelle quantité, explique Johan Yans, géologue de l’Université de Namur: « Il ne m’est pas possible de donner une réponse circonstanciée sur le domaine ».
Le débat est animé entre partisans et opposants à l’exploitation du gaz de schiste. Le gouvernement flamand a tranché mais les scientifiques soulignent que c’est sans connaître ni les capacités, ni les avantages ou les nuisances. « Aux Etats-Unis, les premières études indépendantes ont commencé à sortir vers 2013 alors que l’exploitation date de plusieurs années auparavant », tempère cependant Johan Yans.

En Wallonie, on pourrait miser sur autre chose

La question ne s’est pas encore réellement posée du côté wallon. Cela est peut-être dû aux difficultés d’exploiter des poches logées dans une zone très densément peuplée. Mais sans doute aussi parce qu’une autre ressource fossile a été identifiée, à priori plus facilement exploitable: le gaz de houille.

« Ce gaz semble avoir un certain potentiel », explique le géologue, « au point que certains investisseurs ont déjà acheté des concessions minières associées à une éventuelle exploitation ultérieure de gaz de houille, qui est bien différent du gaz de schiste dans son exploitation ».
Albert Frère exploite ainsi le gaz de mines du nord de la France, qui produisent 80 millions de m³ par an. Et il s’intéresse aussi au sous-sol hennuyer qui, selon une étude universitaire, recèlerait entre 100 et 200 milliards de m³ de gaz de houille.
L’avenir de la Wallonie est peut-être en partie sous ses pieds? La question sera en tout cas étudiée lors d’un prochain colloque en décembre, qui se déroulera à Mons.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_gaz-de-schiste-la-wallonie-pourrait-plutot-opter-pour-le-gaz-de-houille?id=8392004

Les commentaires sont fermés.