Le front anti-gaz de schiste s’élargit. Une manifestation d’un million de personnes se prépare dans six wilayas du Sud et du Grand-Sud, dont trois concernées directement par le projet gouvernemental d’extraction du gaz de schiste, prévoyant le forage de 200 puits par an pour produire 20 milliards de mètres cubes de gaz annuellement pour les 20 prochaines années, ainsi que confirmé dimanche par Saïd Sahnoune, PDG par intérim de Sonatrach.

Les déclarations de M. Sahnoune ont eu l’effet d’une bombe auprès des populations du Sud. Au moment où les protestataires d’In Salah dénoncent le fait que les forages sont maintenus à l’heure où la protestation prend de l’ampleur, que les rangs du camp anti-gaz de schiste grossissent, que de nouveaux villages, villes et wilayas se joignent à la protestation, Sonatrach continue à appliquer son programme à Dar Lahmar, non pas à 200 km d’In Salah mais à seulement 28 km de cette ville de 40 000 âmes et à 25 km d’El Barka, dont une habitante s’étonne que l’on dise que «les puits de gaz de schiste sont dans le bassin d’Ahnet, une zone déserte, inhabitée, alors que je vois les sondes de ma fenêtre» !

Pendant qu’une «milyounia» – en fait une série de rassemblements simultanés programmés demain à Ouargla, Tamanrasset, Adrar, Ghardaïa, Laghouat et Biskra – se prépare, In Salah restructure ses rangs. Entre ceux qui ont opté pour la reprise de l’école et ceux qui prônent la paralysie générale, la voix des sages a tranché en faveur de la démocratie, à savoir la souplesse et la libre décision. Sitôt connue, cette règle de conduite a donné lieu à une manifestation des écoliers, hier matin, dans les rues d’In Salah.

Lire la suite sur ElWatan

Les commentaires sont fermés.