Un arrêt du Conseil d’Etat a subrepticement donné raison à la société Melrose Mediterranean Ltd qui demande à prolonger son permis de recherche d’hydrocarbures au large des Calanques de Marseille, au cœur d’écosystèmes protégés

Le serpent de mer d’une plateforme pétrolière au large des parcs nationaux de Port-Cros et des Calanques de Marseille va-t-il resurgir parmi les herbiers de Posidonie, les mérous bruns, les coraux rouges et les dauphins, espèces rares et protégées ? L’Etat est-il souverain dans cette zone de 3.138 kilomètres carrés, toute proche du sanctuaire Pelagos, à l’ouest de la côte occidentale de la Corse, connue pour la richesse de sa biodiversité marine ?

L’affaire traîne en longueur, depuis que le permis « Rhône maritime », délivré par arrêté du 29 octobre 2002 à une société britannique TGS-NOPEK, s’est perdue dans les abysses de la Méditerranée. Jusqu’à ce que la société Melrose Mediterranean Ltd, au profit de laquelle a été transféré le permis par un arrêté du 11 octobre 2006, présente sa seconde demande de prolongation, le 15 juillet 2010, ainsi que le rappelle le juriste de l’environnement Sébastien Mabile.

Lire la suite sur http://www.actu-environnement.com/ae/news/permis-hydrocarbures-mediterranee-rhone-23622.php4

Les commentaires sont fermés.