Ce que nous observons actuellement dans le domaine de l’industrie pétro-gazière ressemble, à s’y méprendre, à de la maladaptation, avec cette industrie-là dans le rôle du sous-système assurant des tâches spécifiques, requérant des intérêts précis. En effet, l’exploitation des ressources de pétrole et de gaz, qu’il s’agisse des sables bitumineux ou bien des gaz et pétrole de schistes, présente un contenu énergétique très faible par rapport à l’énergie impliquée dans leur extraction. Dit autrement, ces ressources présentent un TRE (Taux de Retour Energétique) trop bas. Comme nous l’avions déjà expliqué dans un autre article, pour que l’extraction soit bénéfique pour la société, c’est-à-dire qu’elle ait un surplus énergétique suffisant pour que la population soit libre, protégée, instruite et cultivée, jouissant d’une protection sociale et évoluant dans un état de droit, ce TRE doit être de l’ordre de 5. En deçà, le surplus est trop faible,ce qui est le cas notamment des hydrocarbures dits non-conventionnels mentionnés précédemment4 et l’extraction ne participe donc pas à l’intérêt général mais plutôt sert les intérêts particuliers du secteur pétro-gazier…

Lire la suite…

Les commentaires sont fermés.