Voilà maintenant près de 3 mois que la population d’In Salah clame, journellement et en masse, son droit à la vie. Jamais mouvement citoyen algérien n’avait manifesté de manière aussi pacifique et aussi longuement son rejet d’une décision du pouvoir, lequel demeure autiste face à cette demande.

Ces images de femmes et d’hommes qui ne disposent que de pancartes et de leurs voix pour exprimer leur opposition à l’exploitation du gaz de schiste quasiment aux portes de leur ville par une technique mortifère pour eux, mais aussi pour la faune et la flore qui les entourent, ces images sont les mêmes que celles des citoyens argentins, polonais ou américains que l’on a vus exiger ce même droit de leurs propres autorités gouvernementales.

Lire la suite…

Les commentaires sont fermés.