Un collectif de scientifiques estime que le règlement actuel ne protège pas les sources d’eau potable contre les risques liés à l’exploration pétrolière. Il réclame du même souffle un moratoire sur la technique de fracturation hydraulique qui pourrait être utilisée sur l’île d’Anticosti. ⇒⇒⇒⇒

 

Les commentaires sont fermés.