La semaine dernière le collectif Basta!Gaz Alès écrivait à tous les conseillers départementaux du Gard pour leur demander de se mobiliser contre le retour du permis de Montélimar détenu par Total suite à la décision d’annulation de son abrogation prononcée par le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise fin janvier.

Gard_(30)_logo_2015.svg

Notre courrier, se joignant aux sollicitations de nombreux collectifs du Gard, a porté ses fruits. En effet, le conseil départemental du Gard a adopté, aujourd’hui Vendredi 12 Février, à la majorité (1 abstention et 1 contre) un vœu contre l’exploitation du gaz de schiste.

Voici le texte du vœu :

Dés 2011, le département s’est mobilisé pour s’opposer aux permis d’exploitation des gaz de schiste aux côtés des départements de l’Ardèche, de la Drôme et de l’Hérault, concernés par le permis d’exploitation de Montélimar.

Après la forte mobilisation des populations et des élus concernés, le gouvernement a décidé d’abroger les permis délivrés aux différentes sociétés, et notamment celui de Montélimar délivré par Total en 2010.

Un recours en annulation de la décision d’abrogation de ce permis a été lancé par la société bénéficiaire. Le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise estimant que Total, restant flou quant à la technique employée pour l’extraction, n’était pas hors la loi, et lui a ré-octroyé, le 28 janvier dernier, son permis de recherche du gaz de schiste en France.

Le groupe est désormais autorisé à prospecter dans les quatre départements dont le Gard.

Le département tient à rappeler que l’exploration et l’exploitation des ces combustibles fossiles constituent toujours une menace :

  • pour la ressource en eau en zone méditerranéenne sujette à des sécheresses récurrentes,
  • pour la politique de l’eau ambitieuse et partenariale conduite afin de garantir les équilibres nécessaires au développement durable de nos territoires,
  • pour l’attractivité touristique et la valorisation d’une agriculture respectueuse de l’environnement (le Département est un des premiers en matière d’agriculture biologique),
  • pour la santé des populations.

Le Département souhaite que toutes les mesures juridiques et législatives soient prises pour interdire définitivement toute exploration et toute exploitation des sols des hydrocarbures non conventionnels (gaz de schiste).

Il exprime également sa solidarité avec les associations, les populations et les élus concernés, et rappelle sa mobilisation et son engagement pour préserver les milieux et ressources naturelles d’importance stratégique et d’intérêt départemental.

Les commentaires sont fermés.