Se fondant sur un objectif de réduction de la part des énergies fossiles, le ministère de l’Écologie a fait appel du jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise qui avait annulé l’abrogation d’un permis de recherche de gaz de schiste. Jugeant « essentielle » la motivation du ministère, l’auteur de cette tribune exhorte Ségolène Royal a aller plus loin encore, car de nombreux projets de recherche sont toujours en cours.

Claude Taton est membre du réseau Frack Free Europe, qui milite pour une interdiction des méthodes de fracturation hydraulique. Il s’exprime alors qu’un rassemblement contre le pétrole et le gaz de schiste aura lieu dimanche 28 février à Barjac, dans le Gard

Le permis exclusif de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux dit de « Montélimar » obtenu par Total en mars 2010 avait été abrogé en octobre 2011, suite à la loi Jacob interdisant la fracturation hydraulique. Total avait déclaré rechercher du gaz de schiste en utilisant la fracturation, pour ensuite, après la promulgation de la loi, modifier ses déclarations techniques dans un second rapport mentionnant qu’il ne l’utiliserait pas. L’entreprise entendait conduire son exploration « au moyen de techniques existantes et de techniques de stimulation aujourd’hui admises au plan opérationnel, en cours d’expérimentation ou encore au stade de la recherche ». Total avait pris soin d’indiquer que sa recherche de gaz et d’hydrocarbures non conventionnels ne constituait qu’un « élément innovant mais non exclusif » du permis d’exploration. Elle avait joué habilement sur le fait que la loi Jacob n’interdisait pas l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste et sur l’absence de définition de la fracturation en termes juridiques, permettant à toutes les techniques présentées comme « alternatives » à la fracturation d’échapper à la loi. Dans ces conditions, Total avait des chances de retrouver la validité de son permis, ce qu’a confirmé le jugement du tribunal administratif, le 28 janvier dernier.

La suite sur : http://www.reporterre.net/Madame-la-ministre-agissez-pour-laisser-les-gaz-de-schiste-dans-le-sol

Les commentaires sont fermés.