Les aurores boréales, le pire ennemi de foreurs en arctique

Publié: 3mars par sebasta dans Actualité
Tags:, , ,

Les forages pétroliers en mer plus imprécis en période d’aurores boréales

Oslo – Le phénomène physique auquel on doit les aurores boréales est aussi une grosse épine dans le pied des compagnies pétrolières qui forent en mer de Barents, a indiqué jeudi l’auteur norvégien d’une thèse sur ce sujet.

Les collisions de particules qui forment les majestueuses volutes célestes dans le Grand Nord ont également une fâcheuse tendance à perturber la précision des forages calculée par des senseurs mesurant le champ magnétique terrestre, selon Inge Edvardsen, doctorant de l’université de Tromsø (nord).

aurore-boreale

En période d’aurores boréales intenses, de nombreuses particules arrivent dans l’atmosphère terrestre en provenance du soleil, et cela peut provoquer d’importantes perturbations du champ magnétique de la Terre, a-t-il expliqué à l’AFP.

Parfois, les perturbations sont telles que l’on doit arrêter de forer parce qu’on ne sait plus vraiment où l’on fore, a-t-il dit.

Lorsque les bombardements de particules solaires sont intenses, l’angle des forages horizontaux réalisés dans les fonds marins peut dévier de 1 à 5 degrés, ce qui peut avoir des incidences négatives pour la suite des opérations, selon M. Edvardsen, par ailleurs ingénieur d’un grand groupe parapétrolier américain.

Le problème se pose particulièrement en mer de Barents, en plein cœur de la zone des aurores boréales, loin des stations de mesure terrestres susceptibles de corriger les calculs de position.

Pour y remédier, M. Edvardsen préconise la pose de stations de mesure au fond de la mer sur les zones de forage.

Les aurores boréales et australes se forment au dessus des pôles parce que l’intensité du champ magnétique y est faible, facilitant l’entrée des vents solaires dans l’atmosphère.

Les commentaires sont fermés.