Pour ceux qui ne connaissent pas Édouard, il faut absolument lire ce billet, pour ceux qui le connaissent vous le retrouverez inamovible dans ces mots. Florilège des édouarderies barjacoises, y’a pas de doutes, c’est vraiment lui !

Mon village se mobilise contre Total à la recherche de gaz de schiste sous nos pieds

Barjac, 1600 âmes gardoises farouches sur les questions de cantine bio et de chansons à la Ferrat, est au carrefour de trois régions : Auvergne Rhône Alpes – Provence Alpes Côte d’Azur et Languedoc Roussillon Midi Pyrénées. Le patrimoine, c’est rien moins que la grotte Chauvet, les canyons de l’Ardèche et de la Cèze, et le Pont du Gard… Barjac, une cité dite « de caractère » avec de grandes places pour les foires. L’or noir du gaz et du pétrole n’est pas sa « tasse de thé ».

La mobilisation des collectifs a été ravivée par le jugement du tribunal de Cergy-Pontoise du 28 janvier 2016 permettant à Total d’explorer et de trifouiller le sous-sol. Tout est idéal ici pour que s’exprime haut et fort l’opposition à cette décision de justice. Pas de « fracking », ni de « lessivage de couche » ou de « stimulation de mère roche »… Un érotisme des mots qui contourne la loi Jacob de juillet 2011. Les collectifs se cabrent !

Après la COP 21, recourir à des produits carbonés, piller l’eau, souiller les nappes… Non, mais dites donc ! C’est bien connu, une compagnie pétrolière, c’est comme un cochon quand il trouve une truffe… Ça creuse, ça remue tout, ça fait sa souille…

La suite de : http://www.huffingtonpost.fr/edouard-chaulet/gaz-de-schiste-barjac_b_9397162.html

Les commentaires sont fermés.