Bandeau_300dpi

Près de 5% des réserves mondiales de pétrole sont situées en Méditerranée. À court terme, près de la moitié de sa surface totale est concernée par l’exploitation et l’exploration d’hydrocarbures : les gouvernements accordent sans cesse de nouveaux permis, et les compagnies gazières et pétrolières sont prêtes à y installer leurs plateformes de forage.On se souvient de l’impact de la fuite de pétrole, sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, qui avait dévasté les fonds marins et les zones côtières, en particulier en Louisiane.

Forer la Méditerranée, c’est la condamner à mort : mer fermée, son écosystème entier serait définitivement détruit par une possible marée noire. Or cette perspective n’a malheureusement rien d’improbable : la Méditerranée est une zone de forte activité sismique.

Son avenir s’écrira à Pau du 5 au 7 avril prochains

Les principales entreprises pétrolières se retrouveront pour un sommet international dont l’objectif est d’organiser la destruction du climat et des écosystèmes marins.

Les grandes compagnies (Total, Shell, Exxon, Repsol, BP etc.) et opérateurs des marchés du pétrole et du gaz en eaux profondes se réuniront au sommet « MCE Deepwater Development » pour mettre en place des stratégies visant à exploiter les réserves d’hydrocarbures de la planète et des océans jusqu’à leur dernière goutte. Un sommet pour forer toujours plus loin, toujours plus profond, pour toujours plus de profit…

Tout juste ratifié, l’Accord de Paris et son objectif de maintenir le réchauffement « bien en-deçà des 2°C » court le risque d’être noyé en eaux profondes.

Les engagements de la COP21 doivent transformer les promesses diplomatiques en réalités concrètes. Pour cela, il devient urgent de définitivement tourner la page de l’exploitation des combustibles fossiles.

Entre le sommet de Pau et le climat, entre Total et la survie de la Méditerranée, il faut choisir !

Choisir le climat, c’est bloquer l’exploitation des nouveaux gisements d’hydrocarbures et protéger l’Océan.

Préserver la Méditerranée, c’est s’opposer aux forages en eaux profondes.

Nous demandons donc au gouvernement français de :

– suspendre tout type de financement au secteur des combustibles fossiles : ni subventions, ni investissements pour le charbon, le gaz et le pétrole ;

d’annuler les permis de forage de gisements d’hydrocarbures en cours et de ne plus donner de droits d’exploration et d’exploitation aux compagnies fossiles.

L’argent doit aller à la transition vers des sociétés justes et durables. Il doit également financer la reconversion des industries et personnels travaillant dans les énergies fossiles.

Nous appelons à un large et massif rassemblement début avril à Pau, pour y empêcher de nouveaux crimes climatiques et défendre l’avenir de la mer Méditerranée.

Signez : http://350.org/fr/lavenir-de-la-mediterranee-se-joue-a-pau/

commentaires
  1. […] Source : L’avenir de la Méditerranée se joue à Pau : Pas de forages ! via @350France […]