Archives de la catégorie ‘ECONOMIE’

La presse algérienne reflète très bien les contradictions d’une société qui doute de son avenir économique. Alors qu’un pétrolier, ex-ministre et patron de la Sonatrach devenu consultant, jure que le gaz de schiste est l’avenir du pays, un responsable algéro-américain explique que les leaders de la Silicon Valley sont natifs d’Alger, d’Oran, de Constantine et d’Ouargla…

⇒⇒⇒

 

New York (AFP) – L’essor continu du gaz de schiste américain va faire des Etats-Unis un exportateur net de gaz, poussant les compagnies américaines à partir à l’assaut de nouveaux marchés et à venir concurrencer la Russie dans son pré carré européen.

Les sanctions promulguées cette semaine par le président américain Donald Trump contre la Russie pourraient affecter le secteur de l’énergie, jusqu’ici laissé à l’écart des rétorsions commerciales appliquées après la crise ukrainienne.

⇒⇒⇒⇒

BUENOS AIRES (Reuters) – La compagnie pétrolière publique argentine YPF, Total, Wintershall Energia et Pan American Energy, filiale de BP, ont annoncé mardi investir conjointement 1,15 milliard de dollars (1 milliard d’euros) afin de développer la production de gaz de schiste.Cet investissement est le plus important depuis mars dans Vaca Muerta, l’un des gisements de schistes les plus importants au monde.

Le gouvernement argentin cherche à persuader les compagnies étrangères d’investir dans ce gisement dans l’espoir de mettre un terme au déficit énergétique du pays. ⇒ ⇒ ⇒ ⇒

 

Les 37 plus grandes banques internationales en 2016 ont réduit leurs financements directs aux énergies fossiles de 22% par rapport à 2015. Si ce premier pas est à saluer, des efforts reste à faire dans le choix des entreprises qu’elles soutiennent.⇒⇒⇒⇒

Le gouvernement algérien abandonne le gaz de schiste et donne sa priorité au développement des énergies renouvelables. Cela a été dit clairement par le ministre de l’Énergie, Noureddine Boutarfa, en marge d’une conférence animée, à la mi-avril, à l’École des hautes études commerciales de Koléa (près d’Alger) sur le programme national des énergies renouvelables. ⇒⇒⇒⇒

 

Cette opération est une étape majeure de la transformation du groupe qui veut devenir le chef de file mondial de la transition énergétique.

L’activité exploration-production concerne 1622 salariés et va être cédée au groupe britannique Neptune Energy qui s’est engagé à ne pas faire de plan social durant deux ans. ⇒⇒⇒⇒

 

Le Conference Board n’en démord pas. Les cieux ne sont pas favorables aux producteurs de gaz naturel canadiens. Sur le plan financier, l’industrie est condamnée à lutter pour sa survie pour quelques années encore. ⇒⇒⇒⇒