Archives de la catégorie ‘Global Frackdown’

A l’occasion de la 3ème journée mondiale contre l’exploration et l’exploitation de gaz de schiste, une centaine de militants Gardois a manifesté ce samedi 18 octobre 2014 sur le parvis de la maison carrée à Nîmes (30). Les manifestants ont formé en lettre humaine un ‘stop TAFTA’ pour dénoncer le projet d’accord transatlantique de libre échange entre les États-Unis et l’Europe.

La vidéo  http://www.mediasdusud.fr/?keys=gaz+de+schiste

Article du journal La Marseillaise : Gaz de schiste – TAFTA – En jaune et parapluies deployes-La marseillaise-1

Espagne – Bilbao

Angleterre – Londres

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=cK7UoK_yN5I

BzqogxkCEAE059S.jpg large

Etats-Unis -Pennsylvanie

BzsIuPoIYAARyBm.jpg large

Angleterre – Lancashire

Bzq-aaJCUAIQSG4

Etats- Unis  – Illinois

BzsHX19IIAEUXd_.jpg large

Etats-Unis – Oakland

BzsdOSgCEAAO42v.jpg large

Espagne-Madrid

Bzrpd4nCUAEK-l5.jpg large

Etats-Unis – Illinois

BzrV0ZhCUAITenZ.jpg large

(…) A Lille, un petit groupe de manifestants s’est réuni en début d’après-midi sur la Grand’Place de Lille. Membres du collectif «houille-ouille-ouille», ils sont hostiles aux gaz de schiste mais aussi à l’extraction du gaz de couche de charbon dans la région Nord-Pas-de-Calais.

«Le gouvernement tient un double discours», a estimé Isabelle Lévy, porte-parole d’un collectif de Seine-et-Marne opposé au gaz de schiste, présente à la manifestation parisienne.

«D’un côté Ségolène Royal assure que tant qu’elle sera ministre, il n’y aura pas d’investigation sur le gaz de schiste en France. Mais douze demandes de nouveaux permis de recherche sont soumis actuellement à sa signature».

«Pour le moment, elle a seulement refusé celui qui concernait le Lubéron. Si elle est cohérente, elle doit rejeter aussi les autres permis», selon Mme Lévy.

Ces dossiers de permis de recherche visent des hydrocarbures liquides ou gazeux «conventionnels», sans recours à la fracturation hydraulique — interdite par la loi Jacob de 2011.

Or, pour ces collectifs, tous ces projets sont en fait «des permis ayant pour objectif des hydrocarbures non conventionnels», dont font partie les gaz et pétrole de schiste.

«Il ne faut pas autoriser ces permis. Mme Royal ne sera pas ministre éternellement», relève Mme Lévy.(…)

En savoir plus http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/manifestations-en-france-contre-le-gaz-de-schiste-150-ia0b0n2431024

Plusieurs rassemblements contre les gaz de schiste se sont déroulés samedi en France notamment à Narbonne (Aude) et Auch à l’occasion de la troisième journée internationale contre la fracturation hydraulique, seul mode d’extraction connu des hydrocarbures non conventionnels.

Les manifestants ont le plus souvent couplé ce combat avec celui contre le projet d’accord de libre-échange transatlantique (TAFTA).

A Narbonne, entre 300 et 600 personnes suivant les évaluations de la police et des organisateurs, ont défilé dans le centre en fin de matinée à l’appel d’une vingtaine de collectifs de Languedoc-Roussillon.

La mobilisation a été toutefois un peu inférieure aux attentes des organisateurs, les intempéries ayant empêché les collectifs du Gard de rejoindre Narbonne en autocar.

(suite…)

Ce samedi 11 octobre est la 3ème journée internationale de mobilisation contre les hydrocarbures de schiste et la 1ère journée européenne d’actions contre TAFTA et « les traités des multinationales ». Une convergence bienvenue puisqu’aucune véritable transition énergétique n’est possible sans stopper à la fois ces accords de libre-échange et l’expansion de la frontière des hydrocarbures.

Une décision de la Commission européenne de ce début de semaine, passée inaperçue, le montre clairement. Les accords de libre-échange que l’Union européenne (UE) négocient avec le Canada et les Etats-Unis, pour ne citer que ceux-là, entravent la possibilité de mise en œuvre de véritables et ambitieuses politiques de transition énergétique et renforcent l’extrême dépendance de nos économies aux importations d’énergies fossiles. Le tout en contribuant à encourager l’exploitation de nouvelles sources d’hydrocarbures extrêmement polluants.

En effet, ce lundi 6 octobre, la Commission européenne a renoncé, dans la mise en œuvre de la directive sur « la qualité des carburants », à faire du pétrole issu des sables bitumineux un carburant « hautement polluant ». Il en sera de même pour les hydrocarbures de schiste. Cette décision survient quelques jours à peine après l’annonce officielle de la clôture des négociations commerciales entre le Canada et l’UE. C’est une victoire pour les lobbies pétroliers qui n’ont cessé de multiplier les pressions et pour le gouvernement canadien qui avait conditionné la possible signature de cet accord de libre-échange à la levée des restrictions aux importations du pétrole issu des sables bitumineux.

Lire la suite http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/111014/contre-les-gaz-de-schiste-et-contre-tafta-un-meme-combat-pour-la-transition

201301250061

Photo DDM Nedir Debbiche

Le collectif 32 Non au gaz de schiste organise un rassemblement aujourd’hui à Auch pour demander notamment «le retrait de l’arrêté préfectoral autorisant les travaux prévus par Gas2Grid sur le permis de Sainte-Griède». Mais le préfet n’en fera rien…

Alors qu’en «réponse» aux récents propos de Nicolas Sarkozy, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal a confirmé que l’actuelle majorité gouvernementale reste opposée au gaz de schiste, est-il «utile» d’organiser un tel rassemblement à Auch ? «Et comment !» répond en substance Sylviane Baudois. Pour le Collectif 32 Non au gaz de schiste qui est l’une des composantes de l’association Bien Vivre dans le Gers, cette habitante de Castelnau-Barbarens précise d’abord que cette mobilisation s’inscrira dans le cadre de la journée internationale contre la fracturation hydraulique (global frackdown).

«Sans information ni concertation»

Mais aussi et surtout qu’il y a du nouveau dans le Gers puisqu’un nouveau dossier «de travaux concernant l’acquisition de mesures géophysiques a été déposé à la préfecture par la société australienne Gas2Gird et que le 4 août, un arrêté préfectoral a autorisé ces travaux» (lire ci-contre la position du préfet).

Selon la porte-parole du Collectif, «ces recherches prévues au premier semestre 2015, seraient effectuées par la méthode de réflexion/vibro-sismique. Les ondes ainsi émises peuvent avoir des conséquences, sur l’environnement, l’eau, les constructions».

Et d’ajouter : «Aucune information, aucune concertation n’ont eu lieu auprès des maires et de la population du secteur. Une enquête publique aurait dû être mise en place par la Préfecture. De plus, le permis attribué à Gas2Gird en 2008 est venu à expiration le 21 avril 2013 et son renouvellement n’a pas été accordé à ce jour». Le Collectif 32 qui demande «le retrait de l’arrêté préfectoral, l’interdiction des travaux et le refus du renouvellement du permis», affirme que Saint Griède pourrait constituer une première étape car «dans le Gers et ailleurs en France, des travaux d’exploration sont programmés et si des réserves de gaz de schiste ou de pétrole de schiste sont détectées, la suite sera l’exploitation.

Lire la suite http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/11/1969857-les-anti-gaz-de-schiste-se-mobilisent-a-auch.html

affiche-2-07ecc

La ministre de l’Ecologie annonce qu’il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste. Dans le même temps, une douzaine de permis de recherche sont dans les tuyaux du ministère. Pour les opposants, il est temps que Mme Royal et le gouvernement confirme le maintien du refus de l’exploration. La grande mobilisation de samedi va le rappeler à Mme Royal.

Des milliers de manifestants défileront samedi dans les rues d’Auch, Paris, Grenoble, Narbonne, Nîmes, Lille ou encore Strasbourg. Ils demanderont au gouvernement de n’autoriser aucun des treize nouveaux permis de recherche arrivés au terme de leur instruction et de ne prolonger aucun des permis arrivant à échéance. Ils demanderont aussi à Ségolène Royal de mettre en accord ses actes avec ses discours.

(…) Des permis d’exploration en préparation

(…) Les projets d’arrêtés ministériels sont prêts à être signés par les deux ministres en charge de l’énergie, Ségolène Royal et le Ministre de l’Economie Emmanuel Macron comme l’attestent des documents disponibles en ligne sur le site du Medde, et « ce bien qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur le fait que les nouveaux permis proposés ont tous pour objectif des hydrocarbures non conventionnels », dénonce Isabelle Lévy, porte-parole du Collectif du Pays Fertois.
Pour les permis de Gastins (Seine-et-Marne), de Dicy (Aisne), et de Montmort (Marne), il est explicitement fait mention du gaz de schiste et de la fracturation hydraulique dans la notice d’impact mise à disposition du public en téléchargement et pour les autres permis, indique-t-elle, on trouve ces informations dans les documents envoyés aux actionnaires.

Royal doit accorder ses paroles et ses actes

Les collectifs refusant l’exploration et l’exploitation des gaz et pétrole de schiste ont relevé la déclaration de Ségolène Royal, dimanche 28 septembre, sur Europe 1. « Nous avons entendu que, tant qu’elle serait ministre, il n’y aurait pas d’exploitation du gaz de schiste. C’est bien le minimum qu’on puisse attendre de la Ministre qui vient de proposer une loi sur la Transition Energétique », ironise Isabelle Lévy.

Mais les collectifs lui demandent d’être cohérente : « S’engager à ne pas signer un permis, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant ! Tous les permis dont l’attribution est imminente font référence aux hydrocarbures non conventionnels, ils doivent donc tous être refusés », juge Claude Taton, du Collectif Bastagaz du Gard. Ce Collectif s’est exprimé sur l’attitude de Ségolène Royal fin septembre 2014 dans un entretien donné à Télé Languedoc.

Certes, les entreprises ayant déposé des demandes de permis en 2009 et 2010 (Vermilion, SanLeon, Bluebach, Gas2Grid…) ont signé, depuis la loi Jacob de juillet 2011, un document par lequel elles s’engagent à respecter la loi en ne procédant pas à des fracturations hydrauliques. « Le moins qu’on puisse attendre d’une entreprise opérant sur le sol français, c’est qu’elle respecte la loi ! Mais qui peut croire que les objectifs géologiques puissent changer en quelques mois ? », interroge-t-elle.

Lire la suite http://www.reporterre.net/spip.php?article6407