Articles Tagués ‘Dakota du nord’

La police du Dakota du Nord a arrêté jeudi une centaine de manifestants près du chantier controversé d’un oléoduc dénoncé notamment par des Amérindiens des grandes prairies du nord des Etats-Unis. La tension est montée en soirée avec coups de feu et cocktails Molotov. ⇒⇒⇒⇒

 

Etats-Unis: affrontements près d’une réserve sioux du Dakota du Nord où des manifestants ont protesté contre la construction d’un oléoduc  ⇒⇒⇒⇒

 

Ce matin, le baril de pétrole se négociait à 56 $CAN. Pour que les compagnies pétrolières puissent exploiter le pétrole d’Anticosti, il faudrait que le baril se vende à 163,4 $CAN. Faites le calcul vous-même, on est loin du compte. Le pétrole d’Anticosti n’est pas et ne sera pas rentable avant longtemps.⇒⇒⇒⇒

Réalisé par Pierre-Emmanuel LUNEAU-DAURIGNAC (52’)

En 2009, la découverte d’un gigantesque gisement de pétrole de schiste dans le Dakota du Nord sonne comme une bonne nouvelle pour l’Amérique en crise. Plus de 16 000 puits pompent aujourd’hui le sol du Dakota du Nord. Les Etats-Unis devraient devenir le premier producteur de pétrole d’ici à 2020, devant la Russie et l’Arabie Saoudite, remettant ainsi en cause une bonne partie de l’équilibre géostratégique de la planète. Mais alors que l’argent et le pétrole coulent à flots, d’autres voix se font entendre : celles des fermiers de la région dont le bétail dépérit à vue d’œil, celles des habitants des petites villes dont l’eau potable s’irise soudain. Le réalisateur est parti enquêter sur ce nouveau Far West et ses acteurs, avec en toile de fond les enjeux économiques gigantesques des hydrocarbures de schiste, mais aussi les enjeux de santé publique…

1168-CanadaUsaKeystoneXL_0

Ces élections, tenues mardi, ont permis aux candidats du Parti républicain de reprendre le contrôle du Sénat. Ils ont également conservé la majorité à la Chambre des représentants. Jason Kenney a indiqué mercredi matin que les gains des républicains augmenteront la possibilité d’approbation du projet d’oléoduc Keystone XL. Ce projet propose de transporter sur près de 2000 km le pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux raffineries américaines installées près du golfe du Mexique.

« Bonne nouvelle pour l’emploi et l’économie canadienne : il semble que le nouveau Sénat américain aura les votes nécessaires pour s’assurer que Keystone XL soit approuvé », a écrit le ministre sur Twitter.
Cette supposition a été confirmée plus tard en journée par le sénateur républicain John Hoeven, qui a affirmé que son parti déposerait en janvier un projet de loi autorisant la construction de l’oléoduc Keystone XL.
« Je pense que Keystone sera l’un des tout premiers projets de loi que nous pourrons présenter devant le nouveau Congrès », a indiqué le sénateur du Dakota du Nord, un des États pétroliers du pays.

En savoir plus http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2014/11/05/001-mi-mandat-victoire-republicain-ottawa-kenney-keystone.shtml

L’or noir ne profite pas à tous, dans la nation indienne de Fort Berthold. Des réussites flamboyantes côtoient des vies de misère. C’est la fin du mirage pour ceux qui touchent des royalties pour l’exploitation de leurs terres. Ils voient les bénéfices de cette ruée pétrolière disparaître dans toute autre chose que la mise en place de structures de santé ou d’allocations. Ou comment une bénédiction peut se transformer en malédiction.

Lire la suite http://www.novethic.fr/lapres-petrole/energies-fossiles/isr-rse/a-fort-berthold-les-inegalites-se-creusent-142859.html

15b7e2c7bc

Fort Berthold : Le gaz est brûlé en sortie de puits selon la méthode du flaring, un procédé néfaste car il libère du méthane dans l’atmosphère.
Compte Facebook de Theresa Birdbear

La réserve indienne de Fort Berthold paye le prix fort. L’extraction du pétrole de schiste à marche forcée empoisonne le sous-sol, fait fuir les animaux et met la flore en danger. La surveillance des 12 000 puits, qui peuvent fuir à tout moment, est assurée par… 2 agents.

Dans une zone « frackée » comme l’est Fort Berthold, la pollution n’est pas spectaculaire. Pas de nappe géante de pétrole ni d’oiseaux englués ici, mais une myriade de taches mouchetant la prairie à perte de vue et un sous-sol gorgé par les débordements des forages. http://www.propublica.org/special/north-dakota-spills

Principal acteur de cette pollution, le trafic routier. Pour chaque puits, des milliers de chargements sont nécessaires en eau, sable, produits chimiques et matériel, sur des routes départementales déjà mal en point. Des va-et-vient à multiplier par le nombre de derricks qui pompent l’or noir nuit et jour.

Au volant, les chauffeurs sont payés à la charge et non pas à l’heure, et roulent jusqu’à 14 heures par jour. Certains ne prennent même pas le temps de faire la queue pour décharger leur matériel contaminé dans les « puits d’enfouissement », où ils sont stockés sine die, et lâchent leur cargaison le long des routes.

Lire la suite http://www.novethic.fr/lapres-petrole/energies-fossiles/isr-rse/l-environnement-mine-par-une-exploitation-sans-retenue-142851.html