Articles Tagués ‘développement durable’

Ukraine, Patagonie, Afrique du Sud, Tunisie… Le pétrolier Shell investit tous azimuts pour trouver du gaz de schiste et des hydrocarbures non conventionnels. Cette quête effrénée d’un nouvel eldorado pétrolier risque d’avoir de lourdes conséquences environnementales, en particulier sur les ressources en eau, menacées de surexploitation et de pollutions.

La multinationale anglo-néerlandaise est d’ailleurs nominée comme « l’entreprise la plus agressive en terme de destruction des ressources naturelles » lors des prix Pinocchio 2014 qui « récompensent » les entreprises « en totale contradiction avec le concept de développement durable ».

Du gaz de schiste, Shell en veut, et beaucoup. La multinationale pétrolière investit tous azimuts pour accumuler d’énormes concessions. « Shell s’active pour forer par fracturation hydraulique ou se prépare à le faire sur tous les continents », résume l’organisation britannique Platform, dans un bref rapport intitulé « Shell : méga-fractureur global ». De l’Argentine à l’Ukraine, des États-Unis à l’Afrique du Sud, en passant par l’Algérie ou la Tunisie, les forages de gaz de schiste estampillés du célèbre coquillage jaune orangé se multiplient. « Ses activités de prospection et d’exploration se sont accompagnées d’une vaste campagne de relations publiques pour atténuer les controverses », pointe l’ONG britannique.

Les controverses, le premier groupe pétrolier mondial en chiffre d’affaires [1], y est habitué. L’entreprise anglo-néerlandaise est l’une des premières multinationales à faire l’objet de poursuites internationales pour des violations des droits humains et des destructions environnementales occasionnées par ses activités au Nigeria [2]. Shell est également particulièrement active dans le domaine des sables bitumineux canadiens (lire notre article). Plus récemment, ce sont ses projets de forages offshore dans l’océan Arctique qui ont suscité l’ire des écologistes. Greenpeace vient de mener avec succès une campagne de grande envergure pour forcer la marque de jouet Lego à abandonner un accord de sponsoring avec Shell.

Lire la suite http://www.bastamag.net/Gaz-de-schiste-comment-la

Jeudi 25 septembre, six ONG environnementales, dont la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le WWF, France Nature Environnement (FNE) et les Amis de la Terre, ont fait part de leurs craintes concernant la future Commission européenne présidée par le luxembourgeois Jean-Claude Juncker. Elles appellent le Parlement européen « à réagir avec force et à exiger que la Commission européenne non seulement préserve les acquis environnementaux mais inscrive l’environnement, le développement durable et la santé publique au cœur des politiques européennes ». Les auditions des futurs commissaires européens se tiendront à partir du 29 septembre.

(…) Elles estiment que « la désignation d’un vice-président « Energie » uniquement, et non « Climat et Energie », subordonne les questions climatiques à celles de l’énergie ». De même, elles déplorent que le commissaire en charge de l’Environnement, des Affaires Maritimes et de la Pêche dépende du vice-président à l’Emploi, la Croissance, l’Investissement et la Compétitivité ainsi que de celui à l’Energie. Selon elles, une telle approche et l’absence de l’environnement des vice-présidences « est le signe d’une Commission qui travaillera sur la base d’un modèle économique dépassé ».(…)

En savoir plus http://www.actu-environnement.com/ae/news/ONG-crainte-commission-juncker-22772.php4

#Bastagazales

charte-environnementale1

Ce 27 mai 2014, le Sénat a voté, dans l’indifférence générale, une proposition de loi constitutionnelle qui modifie la rédaction, au sein de la Charte de l’environnement, des principes de précaution, de participation et d’éducation à l’environnement. Le texte vient d’être transmis à l’Assemblée nationale.

Analyse.

Les conditions de la discussion au Parlement de cette proposition de loi constitutionnelle et l’indifférence qui l’entourent sont assez étonnantes. Et inquiétantes car elles en disent long sur le rapport actuel de nombreux parlementaires aux questions qui touchent au développement durable.
La proposition de loi constitutionnelle présentée par le sénateur Jean Bizet avait pourtant de quoi retenir l’attention et des élu(e)s et des médias. Cette proposition ne propose rien de moins que de rouvrir un débat très sensible sur la Charte de l’environnement qui avait suscité des échanges passionnés en 2004.

Ne nous y trompons pas. Si la présentation des motifs de ce texte se veut rassurante, son objet est clair : rouvrir le débat sur la Charte de l’environnement dans un contexte radicalement différent de celui de 2004. Depuis, et surtout depuis l’échec du sommet de Copenhague de 2009, une vague d’écoloscepticisme déferle parmi les responsables politiques. L’heure n’est plus aux grandes déclarations sur « la maison qui brûle » ou au Grenelle de l’environnement. L’heure est donc la bonne pour remettre en cause et défaire.

En savoir plus http://www.arnaudgossement.com/archive/2014/05/29/le-senat-reecrit-la-charte-de-l-environnement-5379975.html#more

pbsgrecs3

Article publié le 1er mai sur le site de Global Chance

S’engager sur une nouvelle trajectoire énergétique constitue de toute évidence un défi collectif de première ampleur. Mais c’est aussi une opportunité à saisir : changer de paradigme énergétique, c’est in fine choisir une stratégie gagnante non seulement sur le plan de l’énergie et de l’environnement, mais aussi en termes de développement… et de démocratie. Car il s’agit bien, au terme d’un changement de trajectoire imposé par des contraintes multiples mais assumé et mis en œuvre démocratiquement, d’accomplir une authentique révolution énergétique, pour, enfin, nous réapproprier « notre avenir commun ».

Sommaire de l’article:
Un modèle énergétique à bout de souffle
Un nouveau paradigme pour sortir de l’impasse
La transition énergétique, une chance pour l’avenir

Pour en savoir plus http://www.global-chance.org/Energie-environnement-developpement-democratie-changer-de-paradigme-pour-resoudre-la-quadrature-du-cercle

transition-énergétique-850x320

La nouvelle ministre Ségolène Royal va réunir ce mardi pour la première fois le Conseil national de la transition écologique. La stratégie que construira la France sera largement observée dans le monde, puisque notre pays accueillera le prochain sommet mondial sur le climat en 2015. Il serait regrettable que la France s’obstine à construire cette stratégie depuis Paris, sans tenir compte du rôle et de l’apport des territoires.(…)

(…) Ignorer les milliers d’actions concrètes engagé depuis des années par les collectivités, et leur capacité unique à impliquer les citoyens dans les changements nécessaires des politiques publiques pour répondre aux enjeux climatiques n’est sans doute pas la meilleure manière d’engager cette démarche de transition écologique (…)

Pour en savoir plus http://www.huffingtonpost.fr/christophe-clergeau/developpement-durable-action-regionale_b_5226767.html