Articles Tagués ‘Ecosse’

L’Écosse a annoncé mardi qu’elle allait faire interdire la technique de la fracturation hydraulique pour exploiter le gaz et le pétrole de schiste, évoquant l’opposition des riverains.

⇒⇒⇒⇒

#BastaGaz  #BastaGazAles

L’un après l’autre, les pays d’Europe interdisent la production d’hydrocarbures de schiste.

Les Pays-Bas ont suspendu tout recours à la fracturation hydraulique jusqu’en 2020 et ces dernières années, plusieurs autres pays ont décidé d’interdire l’exploitation d’hydrocarbures extraits des roches de schiste. La revue Deutsche Welle tente de comprendre ce qui s’est produit avec le « boum de schiste » en Europe.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150801/1017319759.html#ixzz3he3ezk2w

Le 28 Janvier 2015, le ministre écossais de l’Énergie Fergus Ewing et le gouvernement ont introduit un moratoire sur la fracturation hydraulique (FRACKING) et le gaz non conventionnels.

Lire la suite:

Le gouvernement du Royaume-Uni vient de clore le processus du 14 ème appel d’offres pour l’octroi de permis d’exploration de pétrole et de gaz dont 20 000 km carrés, situés dans la partie centrale de l’Ecosse seraient offerts à l’exploitation de combustibles fossiles non conventionnels. Les noms des compagnies qui ont été retenues et les zones géographiques concernées par ces permis ne seront rendus publics qu’après les élections générales au Royaume-Uni qui auront lieu au plus tard en mai 2015 .

Ce processus d’appel d’offres avait été lancé, le 28 Juillet 2014, par le ministre de l’Énergie, Matthew Hancock, les entreprises avaient jusqu’au 28 octobre pour déposer leur demande de permis de recherches.
L’ONG « Les Amis de la terre Ecosse » dénonce la détermination du gouvernement du Royaume-Uni à offrir certaines régions de l’Ecosse à l’industrie de la fracturation malgré les risques très importants qu’elle engendre. Elle indique que d’éminents économistes ont averti que l’exploitation de combustibles fossiles non conventionnels ne réduirait pas le prix du gaz et n’aurait pas d’impact sur la sécurité énergétique.

Elle souligne que la ressource en gaz schiste en Ecosse est considérée comme modérée et difficile d’accès pour pouvoir l’extraire. Elle demande au gouvernement écossais d’envoyer aux opérateurs un signal clair leur disant qu’ils ne sont pas les bienvenus.

http://www.foe-scotland.org.uk/end-14th-licensing-round-fracking

La carte indiquant le partie centrale de l’Ecosse concernée par ces futurs permis, elle montre aussi que tout le sud du Royaume Uni est également touché par cet appel d’offres  https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/330774/14R_Offer.pdf

UK Government offers Central Belt to fracking industry – Le gouvernement britannique offre la partie centrale (de l’Ecosse) à l’industrie de la fracturation hydraulique  http://www.foe-scotland.org.uk/offered-central-belt-fracking

2310377183

Photo : falkirkherald.co.uk

Dart Energy a saisi le gouvernement écossais au sujet de sa demande de développer une production de gaz de charbon en couche ( méthane de houille -coalbed methane) dans le centre de l’Ecosse .

Les projets de la compagnie portent sur des sites d’extraction situées dans les zones Falkirk (11 sites) et de Stirling( 3 sites).

Le ministres écossais du Plan et de l’Environnement a annoncé que la demande de Dart Energy devra se soumettre à un examen approfondi.

Le développement du méthane de houille de Dart Energy à Airth ( Falkirk) est le projet d’extraction de gaz non conventionnel le plus avancé au Royaume-Uni. Il prévoit la création de 22 nouveaux puits, d’une installation de gaz et de traitement de l’eau ainsi qu’ un réseau de pipelines .

Le développement de ce projet ne prévoit pas d’ utiliser la technique de fracturation hydraulique, mais les impacts sanitaires et environnementaux de l’extraction de méthane de houille sont similaires à ceux de la fracturation du gaz de schiste.

Au cours de l’enquête publique qui s’est déroulée au printemps 2014, plus de 2.500 objections ont été déposées, avec les contributions de 9 conseils communautaires représentant plus de 70.000 personnes et de 2 autorités locales demandant au gouvernement écossais de refuser la demande.

Le Médiateur des services publics écossais étudie actuellement une plainte concernant la manière dont ont été instruits les 19 permis de construire. Dart Energy est en train d’être rachetée par la plus grande entreprise de fracturation au Royaume-Uni, IGAS, l’accord devrait être finalisé d’ici la fin de l’année.

Le porte parole des Amis de la Terre Ecosse a déclaré:

(suite…)

screen-shot-2014-06-30-at-141807_300x488

midlandValley6

Propriétaire de l’usine Grangemouth, Ineos a acheté la majorité des parts d’un permis d’exploration de gaz de schiste en Ecosse grâce à un accord d’une valeur de dizaines de millions de livres – un événement appelé à être la «prochaine étape» vers la fracturation hydraulique dans le pays.

Ineos a acheté 51% des parts de ce permis d’exploration ce qui ouvre la possibilité que la technique controversée de la fracturation pour extraire le gaz et le pétrole du sous-sol soit utilisée en Ecosse. Les 49% de parts restants sont détenus par Dart Energy.

Le permis acquis par Ineos couvrant 329 kilomètres carrés dans la vallée du Midland en Ecosse comprend le complexe Grangemouth et la zone qui l’entoure, où des infrastructures sont en cours de construction pour importer du gaz de schiste .

Les responsables de Grangemouth ont déclaré que l’accord avec le groupe BG – le département exploration gazière et pétrolière de l’ancien British Gas, a permis à Ineos de « faire son premier pas vers l’exploration du gaz de schiste ».

Ineos, qui avait menacé de fermer l’hiver dernier l’usine de Grangemouth , suite à un conflit social, s’ est engagé dans un projet de 600 millions de dollars (environ 360 millions €) afin d’ importer du gaz de schiste des États-Unis pour ses usines pétrochimiques en Ecosse et en Norvège.

Aucun calendrier n’a été donné quant au commencement de l’utilisation de la fracturation en Ecosse, mais le PDG d’Ineos a déclaré qu’il avait déjà recruté des spécialistes des États-Unis.
Celui-ci a déclaré: «Nous sommes une des rares entreprises qui peut utiliser le combustible du gaz de schiste comme matière première de la pétrochimie. Ineos est bien placé pour devenir un acteur majeur dans le secteur de la production de gaz au Royaume-Uni « .

Le coordonnateur du comité Holyrood Murdo Fraser, a salué l’accord, qui, selon lui, protégera l’approvisionnement énergétique futur de l’Ecosse et créera des possibilités d’emploi. Il a dit: «J’espère que ce sera un pas en avant pour développer la capacité d’extraire le gaz non conventionnel en Ecosse. »

Cependant, l’un des dirigeants du Parti vert écossais, Patrick Harvie, a demandé au gouvernement de s’opposer à cette pratique de la fracturation préjudiciable à l’environnement.
« Nous savons que le gouvernement britannique est pro-fracking. Le gouvernement écossais doit résister, car elle a le pouvoir d’arrêter le fracking.
Exploiter les combustibles fossiles est quelque chose que nous ne pouvons nous permettre La priorité devrait être un changement vers les énergies renouvelables « .

L’article original : Ineos secures Scotland’s only fracking licence
http://www.scotsman.com/news/environment/ineos-secures-scotland-s-only-fracking-licence-1-3513016

Entrepreneurial thinking… Transforming European business by shipping shale gas from the US  http://www.ineos.com/

L’Ecosse, qui se dirige vers un référendum sur l’indépendance en septembre, pourrait détenir de ressources de gaz de schiste suffisantes pour satisfaire les besoins en gaz au Royaume-Uni pour plus de 30 ans, selon un rapport géologique publié lundi par le gouvernement britannique.

Néanmoins, environ 80 milliards de mètres cubes de gaz de l’Ecosse représentent seulement 6 pour cent du potentiel de la Grande-Bretagne, avec le reste localisé principalement dans le gisement de schiste de Bowland dans le nord de l’Angleterre. La Grande-Bretagne mise sur l’expansion des gaz de schiste qui permettra de réduire sa dépendance croissante des importations et qui va entraîner une baisse des recettes fiscales des produits pétroliers et gaziers vu que la production du bassin de la mer du Nord s’épuise rapidement.

Selon trois rapports de BGS sur les ressources pétrolières et gazières non conventionnelles, la Grande-Bretagne dispose d’un total de près de 1 409 billions de pieds cubes de gaz de schiste et de 10,4 milliards de tonnes d’huile de schiste en place. Parmi les entreprises les plus actives sur le marché de schiste de la Grande-Bretagne sont IGAS, Egdon Resources et Cuadrilla.

http://www.energymarketprice.com/?15344