Articles Tagués ‘extraction’

Le gouvernement algérien abandonne le gaz de schiste et donne sa priorité au développement des énergies renouvelables. Cela a été dit clairement par le ministre de l’Énergie, Noureddine Boutarfa, en marge d’une conférence animée, à la mi-avril, à l’École des hautes études commerciales de Koléa (près d’Alger) sur le programme national des énergies renouvelables. ⇒⇒⇒⇒

 

Cette opération est une étape majeure de la transformation du groupe qui veut devenir le chef de file mondial de la transition énergétique.

L’activité exploration-production concerne 1622 salariés et va être cédée au groupe britannique Neptune Energy qui s’est engagé à ne pas faire de plan social durant deux ans. ⇒⇒⇒⇒

 

La décision du tribunal administratif a obligé le ministère de l’environnement à prolonger ce permis jusqu’au 3 novembre

Le permis de Claracq, que détient la compagnie française Investaq, vient de gagner quelques mois supplémentaires.⇒⇒⇒⇒

Le Conference Board n’en démord pas. Les cieux ne sont pas favorables aux producteurs de gaz naturel canadiens. Sur le plan financier, l’industrie est condamnée à lutter pour sa survie pour quelques années encore. ⇒⇒⇒⇒

#BastaGazAles

L’Irlande est proche de devenir le premier pays au monde à se départir complètement de combustibles fossiles grâce à un nouveau projet de loi récemment adopté par le Parlement irlandais.

 La décision est historique. ⇒⇒⇒⇒

#BastaGazAles

Situé à proximité de Lachambre, près de Saint-Avold, en Moselle, le derrick érigé en décembre par la Française de l’Energie ne passe pas inaperçu. Jusqu’au printemps, il fore le sous-sol à la recherche du gaz de houille emprisonné entre 1.000 et 1.500 mètres de profondeur, dans des veines de charbon n’ayant jamais été exploitées. ⇒⇒⇒⇒

 

2063112_francaise-de-lenergie-extrait-le-gaz-de-houille-avec-un-procede-inedit-web-tete-0211778427644_1000x533

#BastaGazAles

La Porte de l’Enfer est un champ de gaz naturel situé à Derweze (également orthographié Darvaza, ce qui signifie « porte »), dans la province d’Ahal au Turkménistan. La porte de l’enfer est appelée ainsi à cause de son foyer de gaz naturel brûlant en permanence depuis qu’il a été allumé par des scientifiques soviétiques de la pétrochimie en 1971. Le feu est alimenté par les dépôts de gaz naturel riches de la région. L’odeur âcre de la combustion de soufre envahit la zone sur une certaine distance.⇒⇒⇒