Articles Tagués ‘Italie’

Treize millions d’Italiens votent pour l’arrêt de l’exploitation du pétrole, mais ça ne suffit pas

16 avril 2016 / Andrea Barolini (Reporterre)

 méditerranée5465587_carte (suite…)

À l’approche d’un référendum sur le pétrole offshore en Italie, les liens entre une ministre et Total font scandale

par Olivier Petitjean

arton831-22058

Le 17 avril doit se tenir en Italie un référendum sur l’avenir des plateformes pétrolières et gazières dans les eaux côtières du pays (dont une partie appartient à… EDF). Alors que le gouvernement de Matteo Renzi cherche à faire échouer ce scrutin en prônant l’abstention, il se trouve aujourd’hui plongé dans une crise politique en raison du traitement de faveur réservé par l’une de ses ministres au groupe français Total.

(suite…)

Les Italiens se prononcent par référendum, dimanche 17 avril, sur la poursuite de l’exploitation des gisements pétroliers jusqu’à épuisement, comme le souhaite le gouvernement. Matteo Renzi se serait bien passé de cette consultation populaire, qui tourne au vote de défiance.

italie_petrole

(suite…)

Le pétrole est vraiment devenu indésirable en Méditerranée. Ségolène Royal l’avait déjà laissé entendre. Vendredi 8 avril, elle a saisi l’occasion de la deuxième conférence nationale de l’océan pour l’affirmer à nouveau avec force. La ministre de l’environnement a annoncé un « moratoire immédiat sur la recherche d’hydrocarbures en Méditerranée », compte tenu des « conséquences dramatiques » que pourrait avoir un accident dans cette mer quasi fermée. « Je n’accorderai plus aucun permis d’exploration, ni dans les eaux territoriales, ni sur le plateau continental », a-t-elle insisté.

méditerranée5465587_carte (suite…)

La production du pétrole de schiste chute, celle du gaz de schiste pourrait très bientôt en faire autant. Il n’y a pas que le pétrole : les prix de toutes les principales matières premières se sont effondrés. Et de très sérieux doutes pèsent sur l’économie de la Chine… ⇒⇒⇒⇒

 

La commission « environnement » du parlement italien a adopté le 4 septembre, une position en approuvant un amendement qui introduirait, en Italie, l’interdiction de la fracturation hydraulique.
L’amendement sera présenté par son rapporteur Enrico Borghi (Parti démocratique) à la plénière du Parlement à la mi-septembre .
La commission s’appuie sur l’absence en Italie de règle spécifique concernant la fracturation. Cet amendement, s’il est voté, serait intégré au code de l’environnement. Cette interdiction de la fracturation viserait à protéger les aquifères et la ressource en eau .

Le ministère du Développement économique a souligné que, dans le décret « Débloquer l’Italie », approuvé vendredi dernier (29 août) par le Conseil des ministres, il n’y avait pas de mesure qui autorise l’ extraction du gaz de schiste.
Il a déclaré que le décret n’offre pas la possibilité de développer les techniques de la fracturation à travers le pays précisant que la stratégie énergétique nationale (SEN) exclu expressément l’utilisation de l’extraction du gaz de schiste.
L’Institut national de géophysique et de volcanologie serait chargé de veiller au respect de l’interdiction.

La question de la fracturation a été posée dans le débat public en Italie après le tremblement de terre qui s’était produit en Émilie-Romagne en mai 2012. Certains écologistes avaient émis l’hypothèse qu’il y avait une relation de cause à effet entre le séisme et l’utilisation de la fracturation hydraulique dans la vallée du Pô.

http://www.repubblica.it/ambiente/2014/09/04/news/fracking_commissione_ambiente-95009196/

http://www.ilfattoquotidiano.it/2014/09/04/fracking-commissione-ambiente-da-vietare-il-ministero-mai-autorizzato/1110626/

photowiki2548

Prochainement sera délivré par les autorités italiennes un permis qui a pour nom « Ombrina Mare ».
Il se situe le long des plages de la côte adriatique, dans la région des Abbruzzes, les forages seront prévus à  6 km des côtes !

Des collectifs de France, du Maroc et de Suisse NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille ont adressé, aux autorités italiennes, un courrier leur demandant de refuser d’accorder le permis de forage d30 BCMD au large de la côte des Abruzzes à la société Mediterannean Oil And Gas, basée à Londres.

Collectifs français NON aux pétrole et gaz de schiste et de houille

Ministère de l’Environnement
Direction de la protection de l’environnement du ministère
de l’Environnement et de la protection de la mer
Division IV
Via Cristoforo Colombo, 44
00147 Rome

OBJET : Concession d30BCMD Ombrina Mare Medoilgas

Le 22 juillet 2014

Mesdames et Messieurs les représentants du Gouvernement italien,

Par ce courrier nous vous recommandons de refuser d’accorder le permis de forage d30 BCMD au large de la côte des Abruzzes à la société Mediterannean Oil And Gas, basée à Londres, qui en a déposé la demande à vos bureaux. Le permis « Ombrina Mare » permettrait à cette compagnie britannique de forer cinq puits de pétrole, d’installer une unité de désulfuration FPSO et une série de pipelines à environ 5 miles de la côte dans le but d’extraire et de traiter des hydrocarbures lourds et acides.

Les forages en mer ont des effets négatifs sur la vie marine, sur les communautés côtières et sur la santé des résidents. Les boues de forage, les effluents et déchets liquides et semi-liquides, constitués de saumure et autres eaux industrielles produites lors de forages de ce type, sont quotidiennement jetés à la mer ; le ruissellement d’eaux provenant du pont des plates-formes offshore ainsi que les fuites de pipelines sont aussi des problèmes récurrents. Par conséquent, que ce soit implicitement ou par accident, ces plates-formes déversent quotidiennement dans l’eau des tonnes de fluides de forage, contenant des particules métalliques et des substances toxiques telles que du plomb, du chrome, du mercure et du benzène, qui est cancérigène. Des déversements accidentels, des fuites, des éruptions et explosions catastrophiques de tels puits de forage peuvent se produire, comme l’histoire l’a montré à de nombreuses reprises, causant de sévères atteintes à l’environnement, aux personnes, et aux activités économiques locales comme la pêche et le tourisme.

(suite…)