Articles Tagués ‘Lundin International’

Plusieurs rassemblements contre les gaz de schiste se sont déroulés samedi en France notamment à Narbonne (Aude) et Auch à l’occasion de la troisième journée internationale contre la fracturation hydraulique, seul mode d’extraction connu des hydrocarbures non conventionnels.

Les manifestants ont le plus souvent couplé ce combat avec celui contre le projet d’accord de libre-échange transatlantique (TAFTA).

A Narbonne, entre 300 et 600 personnes suivant les évaluations de la police et des organisateurs, ont défilé dans le centre en fin de matinée à l’appel d’une vingtaine de collectifs de Languedoc-Roussillon.

La mobilisation a été toutefois un peu inférieure aux attentes des organisateurs, les intempéries ayant empêché les collectifs du Gard de rejoindre Narbonne en autocar.

(suite…)

Samedi 11 octobre, une nouvelle journée de mobilisation est programmée à Narbonne pour dire non au gaz de schiste.
Ils étaient plus de 400, en juin dernier à Argeliers, non loin de la frontière Aude-Hérault pour dire “non” à l’exploitation du gaz de schiste et aux opérations de sondage des sols par Athemis France. Une société travaillant pour le compte de la compagnie pétrolière Lundin International SA, titulaire du permis “Plaines du Languedoc”. Une zone de prospection qui s’étend des Corbières à l’étang de Thau, du littoral au Caroux.

Des collectifs héraultais et audois

Combien seront-ils, ce samedi 11 octobre, lors de la nouvelle journée de mobilisation programmée à Narbonne dans l’Aude ? Ce jour-là, les intercollectifs héraultais et audois “non aux gaz, huiles de schiste et de houille” appellent à une vaste manifestation pour exprimer leur refus de l’accord de libre échange commercial, également connu sous le nom de Grand marché trans-Atlantique (TAFTA).

http://www.midilibre.fr/2014/10/09/les-anti-gaz-de-schiste-rassembles-a-narbonne,1063237.php

le-28-juin-400-personnes-avaient-manifeste-entre-argeliers_438513_516x343

PHOTO/Photo Ph.L

Un convoi de deux camions sondeurs à l’arrêt a été repéré par les manifestants hier matin …qui se sont empressés de le bloquer. Ils craignent le début des sondages.

Des alertes à répétition

Ce n’est pas la première fois que les collectifs opposés à l’exploitation du gaz de schiste alertent l’opinion publique. Le 10 novembre 2012 déjà 2 camions avaient été aperçus, transportés par la même société néerlandaise que celle bloquée à Cabezac depuis hier matin, et avec la même destination : Charleville-Mézières, puis le bateau vers la « Russie ou la Chine » (ce que disait aussi hier le responsable du convoi).

Le 19 juin dernier, vers Juvignac dans l’Hérault une alerte avait été lancée par les militants, avant d’être désamorcées par ces derniers. Les camions en provenance du site de fabrication des camions sondeurs à Valentine près de Saint-Gaudens (de la même marque que ceux de Cabezac) auraient transité par l’Hérault pour rejoindre Marseille puis le Qatar.

Ils ont promis de se relayer, 24 heures sur 24, et bloqué avec deux véhicules le convoi a l’arrêt en bordure de la route de Béziers, à une centaine de mètres de la sculpture de la révolte de 1907. Échoués là par hasard selon un responsable du convoi en provenance de Valentine (31), site de production de Sercel, leader mondial sur le marché des camions sondeurs, les deux semi-remorques avaient été repérés dans la matinée par des anti-gaz de schiste. Très vite les collectifs, déjà en alerte, se sont rendus à Cabezac dans l’Aude, juste derrière la coopérative de l’Oulibo, pour observer chaque mouvement du convoi, et sensibiliser les automobilistes à leur cause : le refus de voir les sous-sols des Plaines du Languedoc exploités pour leur gaz de schiste. Songeurs ou rageurs, les chauffeurs et accompagnateurs du convoi tentaient de se tenir à l’écart.

La crainte de sondages locaux

Les collectifs opposés à l’exploitation du gaz de schiste en Languedoc, un dossier qui a refait surface en juin dernier quand un topographe a contacté des mairies du Minervois et des Corbières dans la perspective de « l’acquisition géophysique », c’est-à-dire des sondages des sous-sols avec des camions vibreurs, sont en alerte maximale, craignant le début des recherches de mines d’hydrocarbures gazeux.

Lire la suite sur http://www.lindependant.fr/2014/07/20/les-anti-gaz-de-schistes-bloquent-un-convoi-a-bize-minervois,1909520.php

Autre article :

Minervois : un convoi bloqué par le collectif anti-schiste http://www.midilibre.fr/2014/07/19/minervois-un-convoi-bloque-par-le-collectif-anti-schiste,1027031.php

camion-vibrateur_d-c2010

Le collectif Corbières « non au gaz de schiste » appelle à la vigilance citoyenne pour signaler la présence de ces engins vibreurs.
Le Collectif du Minervois est joignable au 06 95 36 41 90 et celui du Narbonnais au 06 88 37 17 40.

Après la manifestation qui a rassemblé près de 400 personnes à Argeliers en fin de semaine, les divers Collectifs anti gaz de schiste n’ont pas dit leur dernier mot. Ils lancent un avis de recherche aux camions sondeurs destinés à mesurer la présence d’hydrocarbures dans le sous-sol. Ces engins pourraient bien passer par Lézignan-Corbières, par la Minervoise, la RD6113 ou la RD 611. Pour signaler leur présence, les citoyens peuvent contacter le numéro d’urgence du Collectif des Corbières (1) La prise de photos (notamment des plaques d’immatriculation), est vivement encouragée.

« Nous craignons l’enfumage »

Rappelons que la société suédoise Lundin petroleum détient un permis d’exploration concernant des centaines de communes réparties entre Agde dans l’Hérault et Lézignan-Corbières. « Le permis Plaine du Languedoc prendra fin le 30 octobre. Nous ne savons pas si sa prorogation sera validée. Si c’est le cas, le secteur concerné diminuera de moitié. Il faut rester vigilant car nous savons qu’un spécialiste des études sismiques s’est rapproché des mairies de plusieurs communes : un pas en avant a été franchi et des camions vibreurs débarqueront sûrement avant le 30 octobre », explique Violaine du Collectif Corbières non au gaz de schiste. Notons que les camions sondeurs peuvent s’installer sur les parcelles de leur choix sans autorisation des propriétaires.

Lire la suite http://www.lindependant.fr/2014/07/03/gaz-de-schiste-alerte-aux-camions-sondeurs,1902875.php

photos Bernd Beutner (2)-1

Près de 500 riverains, militants et élus ont manifesté samedi 28 juin dans l’Aude pour demander le non-renouvellement d’un permis de recherche d’hydrocarbures, dont ils craignent qu’il ne débouche sur l’exploration de gaz de schiste.

Les manifestants ont défilé en cortège depuis Argeliers, une commune du Minervois située à environ 20 km de Narbonne, et la commune voisine de Mirepeisset, derrière des banderoles où on pouvait lire: « Non au gaz de charbon, ni ici, ni ailleurs » ou encore « Gaz de schiste: terreur pour l’environnement », ont constaté un correspondant et un photographe de l’AFP.

Cette partie de l’Aude est couverte par le permis de recherche dit « Permis des Plaines du Languedoc », qui s’étend au-delà de Pézenas dans l’Hérault.

Le permis avait été délivré en octobre 2009 pour une durée de cinq ans à la société Lundin International, filiale française du groupe suédois Lundin Petroleum, et visait à la prospection d’hydrocarbures liquides ou gazeux.

Par leur mobilisation, les riverains entendent faire pression pour que le permis ne soit pas renouvelé.
Arrêtés anti-gaz de schiste – « Il faut se mobiliser maintenant, alors que le permis arrive à échéance, afin de montrer qu’on ne veut pas se laisser faire. Le fait que plusieurs maires du canton aient pris des délibérations ou des arrêtés anti-gaz de schiste est important : juridiquement, ça ne fait pas le poids, mais ça remonte à la préfecture et ça fait savoir à l’État que le territoire est en désaccord », a expliqué à l’AFP Lydie Delhoste, membre d’un collectif du Minervois.

«Je m’élève complètement contre l’exploitation du gaz de schiste, qui va à l’encontre de notre passé et de ce que les gens ont créé sur ce territoire depuis des années », a pour sa part déclaré Alain Fabre, maire de Bize-Minervois.
«Quand on voit l’implication des vignerons et des maraîchers, ou encore les choix en matière touristique, l’exploitation locale d’énergie fossile serait une véritable catastrophe », a-t-il mis en garde.

http://www.lagazettedescommunes.com/241066/manifestation-contre-la-prospection-dhydrocarbures-dans-laude/

3666127176

Les collectifs anti gaz de schiste lancent un avis de recherche. Si vous voyez des camions de forage, vous êtes prié d’appeler sans délai les numéros d’urgence des collectifs citoyens.

Ils sont arrivés par grappes à la cave coopérative d’Argeliers. Les collectifs sont arrivés du Minervois, de Béziers, de Narbonne, de Sérignan mais aussi de Lozère, Ardèche et des Cévennes à l’appel de la Confédération Paysanne, de Pais Nostre, EELV. Tous sont contre les gaz de couche, les gaz et pétrole de schiste et la fracturation hydraulique. Ils s’opposent à l’exploration et à l’exploitation des gaz de couche dans les plaines du Languedoc. Comme partout d’ailleurs.

Tous tenaient à démontrer leur force d’union. «Cette mobilisation est pour faire comprendre que l’on est là. L’idée est de dire que l’on ne laissera pas faire la société suédoise Lundin Petroleum» commente un manifestant et crie à une horreur écologique.

Le courroux vient du fait la société Athémis France a envoyé un topographe dans les villages du Minervois, mandaté par Lundin qui détient le permis des plaines du Languedoc. Ainsi une quinzaine de maires de l’Aude et de l’Hérault aurait été démarchée. Cette société a 19 permis en France et a même débuté la fracturation en Champagne-Ardennes et en Île de France. Pour pouvoir renouveler son permis qui arrive à terme le 30 septembre et le prolonger de 5 ans, Lundin doit démontrer qu’il est en activité. Ce qui veut dire que les fracturations doivent commencer avant octobre.

Lire la suite http://www.ladepeche.fr/article/2014/06/29/1909322-marche-pacifique-hier-matin-d-argeliers-a-mirepeisset.html

partis-d-argeliers-les-manifestants-ont-rejoint_430472_516x343

Partis d’Argeliers, les manifestants ont rejoint Mirepeisset. PHOTO/JEROME LEHUBY

Ils se sont regroupés ce samedi 28 juin, dès 9 h, devant la cave coopérative d’Argeliers. Membres de collectifs, élus, simples citoyens… Près de 400 personnes au total, réunies pour dire « non » à toute exploitation de gaz de schiste dans les plaines du Languedoc.
Dans le collimateur : le permis de recherche d’hydrocarbures liquides ou gazeux attribué par l’Etat, en 2009, à la société Lundin Petroleum. « Il expire en  octobre prochain, explique Ania, du collectif Orb-Jaur. Nous nous mobilisons pour qu’il ne soit pas renouvelé ! »
A travers une marche qui a mené les participants à Mirepeisset, c’est donc tout un territoire qui met la pression sur les décideurs. De nouvelles actions devraient suivre dans les mois à venir.

http://www.lindependant.fr/2014/06/28/narbonnais-400-personnes-contre-le-gaz-de-schiste,1900240.php