Articles Tagués ‘Minerva’

01785204-photo-pentagone

Le Pentagone

L’article original : «  Pentagon preparing for mass civil breakdown » par Nafeez Ahmed – 17 juin 2014
http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/jun/12/pentagon-mass-civil-breakdown

Traduction : Maureen Johnson

Le Pentagone se prépare ( à affronter ) des troubles civils très importants

On est en train de militariser les sciences sociales pour développer des « outils opérationnels » prenant pour cibles des militants et des mouvements de protestation pacifiques.

Un programme de recherche du Département de la défense américain est en train de payer des universités pour qu’elles modélisent la dynamique, les risques et les points de basculement pour des troubles civils à grande échelle dans le monde entier, sous le contrôle de diverses agences militaires américaines. Ce programme, qui coûte des millions de dollars, est conçu pour développer des « perspectives pertinentes pour les combattants »immédiates et durables pour des responsables gouvernementaux et des décisionnaires haut-gradés faisant partie de « la communauté des politiques de défense » et pour influencer des politiques mises en œuvre par « des (centres de ) commande combattants ».

Lancée en 2008-l’année de la crise bancaire mondiale- l’Initiative de Recherche Minerva » du Département de la Défense travaille en partenariat avec des universités pour « améliorer la compréhension fondamentale du Département de la Défense des forces sociales, culturelles, comportementales et politiques qui façonnent des régions du monde qui ont une importance stratégique pour les USA. »

Parmi les projets attribués pour la période de 2014 à 2017 il y a une étude dirigée par l’Université Cornell et gérée par le Bureau de recherche de l’armée de l ‘air américaine qui a pour objectif de développer un modèle empirique « de la dynamique de la mobilisation de mouvements sociaux et des contagions. » Le projet déterminera « le point critique ( point de basculement) des contagions sociales en étudiant leurs « traces digitales » dans les cas de » la révolution égyptienne de 2011, les élections au Duma russe de 2011, la crise de 2012 au Nigéria concernant les subventions sur les combustibles et les manifestations au parc de Gazi en Turquie en 2013. »

Des messages Twitter et des conversations seront examinés « pour identifier des individus mobilisés par une contagion sociale et déterminer quand ils se mobilisent. »

Autre projet attribué cette année à l’Université de Washington « cherche à découvrir les conditions dans lesquelles des mouvements politiques visant des changements politiques et économiques de grande échelle prennent naissance, » ainsi que «  leurs caractéristiques et leurs conséquences. » Ce projet, géré par le Bureau de Recherche de l’armée américaine, se concentre sur « des mouvements importants impliquant plus de 1000 participants dans une activité qui dure », et couvrira 58 pays au total.

(suite…)