Articles Tagués ‘Plate-forme pétrolière’

À l’approche d’un référendum sur le pétrole offshore en Italie, les liens entre une ministre et Total font scandale

par Olivier Petitjean

arton831-22058

Le 17 avril doit se tenir en Italie un référendum sur l’avenir des plateformes pétrolières et gazières dans les eaux côtières du pays (dont une partie appartient à… EDF). Alors que le gouvernement de Matteo Renzi cherche à faire échouer ce scrutin en prônant l’abstention, il se trouve aujourd’hui plongé dans une crise politique en raison du traitement de faveur réservé par l’une de ses ministres au groupe français Total.

(suite…)

Bandeau_300dpi

Près de 5% des réserves mondiales de pétrole sont situées en Méditerranée. À court terme, près de la moitié de sa surface totale est concernée par l’exploitation et l’exploration d’hydrocarbures : les gouvernements accordent sans cesse de nouveaux permis, et les compagnies gazières et pétrolières sont prêtes à y installer leurs plateformes de forage.On se souvient de l’impact de la fuite de pétrole, sur la plateforme pétrolière Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, qui avait dévasté les fonds marins et les zones côtières, en particulier en Louisiane.

Forer la Méditerranée, c’est la condamner à mort : mer fermée, son écosystème entier serait définitivement détruit par une possible marée noire. Or cette perspective n’a malheureusement rien d’improbable : la Méditerranée est une zone de forte activité sismique.

(suite…)

Cette fois-ci, c’est reparti. Ce lundi à Washington, l’administration Obama vient de donner son feu vert définitif à la compagnie pétrolière Royal Hutch Shell pour effectuer des forages exploratoires sous les eaux de l’Arctique, nouvel eldorado énergétique de la planète. Le recul rapide des glaces polaires, affectées par le réchauffement climatique, laisse en effet envisager l’exploitation de ses énormes ressources naturelles. ⇒⇒⇒⇒

3,96 milliards de dollars, soit plus de 3 milliards d’euros : c’est l’amende dont pourrait bien écoper Shell au Nigeria pour la marée noire provoquée par une fuite sur le gisement off-shore de Bonga en décembre 2011.

http://fr.euronews.com/embed/290062/

(suite…)

image

Photo: Getty Images Agence France-Presse

Jusqu’à deux millions de barils de brut se sont déposés au fond du Golfe du Mexique, sur les cinq millions écoulés lors de la marée noire d’avril 2010 provoquée par l’explosion d’une plateforme opérée par le groupe pétrolier britannique BP, selon une nouvelle étude publiée lundi.

L’une des incertitudes de cette catastrophe écologique, la plus grave dans l’histoire des États-Unis, est le sort de ces quelque deux millions de barils de pétrole submergés déversés dans les profondeurs de l’océan.

Du nombre de barils de brut déversés dans le Golfe dépendra notamment le montant exact des dommages et intérêts que réclamera la justice américaine.

Une nouvelle audience, qui doit débuter en janvier, devra permettre de trancher entre l’estimation initiale de l’État américain (4,9 millions de barils) et celle, bien inférieure, de BP (3,1 millions).

En savoir plus http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/422233/golfe-du-mexique-jusqu-a-2-millions-de-barils-de-brut-au-fond-de-l-ocean-selon-une-nouvelle-etude

Quatre ans plus tard, la marée noire a toujours des impacts http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/404970/quatre-ans-plus-tard-la-maree-noire-du-golfe-du-mexique-a-toujours-des-impacts

 

Là où la calote glacière recule, les pétroliers avancent…

ROSNEFT_ENG_Full

(suite…)

sakhaline-shell-bis

NOVO-OGARIOVO Russie (Reuters) – Le président russe Vladimir Poutine a salué vendredi le début de l’exploitation d’une plate-forme pétrolière russe située dans l’Arctique, estimant que celle-ci allait permettre à Moscou d’améliorer sa position sur le marché mondial de l’énergie.
Gazprom Neft, la branche pétrolière du géant gazier russe Gazprom, a expédié les 70.000 premières tonnes de pétrole du puits de forage Prirazlomnaïa, cible d’une action commando menée par 30 militants de Greenpeace le 18 septembre dernier.
« Si nous n’arrêtons pas cette course au pétrole, nous ne mettons pas seulement en danger l’environnement mais notre capacité à nous débarrasser des structures du pouvoir du siècle dernier », a déclaré le directeur exécutif international de Greenpeace, Kumi Naidoo, dans un communiqué.

En savoir plus http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKBN0D40D920140418