Articles Tagués ‘programme de recherche’

Laurent Fabius est arrivé dimanche après-midi à Alger pour une visite officielle de deux jours. Le ministre français des Affaires étrangères s’entretiendra avec son homologue algérien et sera reçu lundi par le président Abdelaziz Bouteflika.

(…)

fabius

La France devrait également parler de gaz de schiste. Ce sujet qui fâche à Paris pourrait bien être abordée à Alger. Bouteflika a donné récemment son feu vert et l’Algérie exploitera bien le gaz de schiste, qui existe en quantité importante dans ses sous-sols du Sahara. Bien que des voix commencent à s’élever aussi de l’autre côté de la Méditerranée, Paris et Alger signeraient lors de cette visite un accord permettant des recherches françaises sur le territoire algérien. (suite…)

(…) J’espère convaincre le président de la République d’avancer sur la question de la recherche, a-t-il déclaré, interrogé sur Europe1.

Pour faire face à ces difficultés, il faut travailler à trouver des techniques parfaitement propres pour avoir une exploitation écologique, c’est-à-dire compatibles avec nos standards élevés d’environnement, a-t-il ajouté, tout en précisant qu’il ne fallait pas avoir de pollution ni en sous-sol, ni en surface.

Je pense que l’on peut convaincre sur cette base-là’, a-t-il déclaré, convaincu de pouvoir convaincre également les écologistes, alliés du gouvernement.

http://www.romandie.com/news/n/_Gaz_de_schiste_Montebourg_espere_convaincre_Hollande_sur_la_recherche40230120142014.asp

Dépêche AFP parue sur Romandie.com le 13/10/13

PARIS – L’ancienne présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, a prôné la recherche et l’expérimentation en matière de gaz de schiste, estimant que l’avis du Conseil constitutionnel n’entravait rien, dimanche sur Europe 1.

Interrogée sur la validation vendredi par le Conseil constitutionnel de l’interdiction de la fracturation hydraulique qui prévaut depuis 2011, Mme Lauvergeon a dit ne pas comprendre ce débat. Il faudrait d’abord regarder si ces gaz de schiste existent ou pas, commencer par faire un inventaire… avant de se battre sur comment on va l’exploiter, a-t-elle déclaré.

Ca me paraît assez rationnel. Ensuite, si la fracturation hydraulique pose un certain nombre de problèmes comme on l’a vu aux Etats-Unis (…), je crois qu’il faut qu’on laisse la possibilité à l’expérimentation avec d’autres méthodes, a-t-elle estimé. Surtout si nous avons effectivement des gaz conventionnels sous nos pieds de l’équivalent du Qatar.

Lire la suite sur Romandie.com

Article paru sur Lanouvellerepublique.fr le 12/10/13

Les Sages ont définitivement verrouillé la remise en cause de la loi interdisant la fracturation hydraulique. Mais le dossier gaz de schiste n’est pas clos.

La loi interdisant la fracturation hydraulique en France est désormais « incontestable ». François Hollande, son ministre de l’Écologie Philippe Martin, et même le turbulent eurodéputé écologiste José Bové ont parlé d’une même voix, vendredi, après que le Conseil constitutionnel a adressé une fin de non-recevoir aux industriels contestant deux articles la loi du 13 juillet 2011.

Lire la suite sur http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2013/10/12/Gaz-de-schiste-loi-sans-issue-mais-pas-sans-detour-1647451

Article et vidéo paru sur France24 le 11/10/13

Les Sages ont confirmé, vendredi, l’interdiction de l’exploitation des hydrocarbures par la fracturation hydraulique. Une victoire pour les opposants aux gaz de schiste, qui laisse malgré tout quelques espoirs à l’industrie pétrolière.

L’industrie pétrolière et gazière vient de subir un nouveau revers en France. Le Conseil constitutionnel a validé, vendredi 11 octobre, la loi Jacob interdisant la technique de la fracturation hydraulique pour l’exploitation et l’exploration des gaz de schiste.Cette loi avait été votée sous Nicolas Sarkozy, le 13 juillet 2011, après une contestation populaire massive. Quelques mois auparavant, le gouvernement avait accordé en catimini des permis d’exploration à des sociétés pétrolières et gazières, non sans avoir préalablement modifié le code minier de façon à faciliter l’accès aux sous-sols. Le tout en omettant de prévenir les populations concernées. Le recul du gouvernement, concrétisé par l’adoption de la loi Jacob, avait constitué une première victoire pour les opposants aux gaz de schiste.

Lire la suite sur France24.com

 

(suite…)

C’est bien ce que l’on craignait depuis le vote de la loi du 13 juillet 2011, ils l’ont fait… sous la forme bien dissimulée d’un programme de recherche… attention, à trop vouloir rechercher, ils pourraient nous trouver! (suite…)