Articles Tagués ‘Société Générale’

Les 37 plus grandes banques internationales en 2016 ont réduit leurs financements directs aux énergies fossiles de 22% par rapport à 2015. Si ce premier pas est à saluer, des efforts reste à faire dans le choix des entreprises qu’elles soutiennent.⇒⇒⇒⇒

Quel impact a eu le dernier grand sommet climatique de Copenhague en 2009 sur les banques ? Aucun, si l’on en croit la dernière étude publiée par les ONG Oxfam et Les Amis de la Terre. Elle met en évidence l’écart abyssal qui continue de se creuser entre les financements des énergies fossiles et ceux des énergies renouvelables. ⇒⇒⇒⇒

 

tunnel-argent

Ce lundi 23 juin, Ségolène Royal et Michel Sapin organisent la conférence bancaire et financière pour la transition énergétique annoncée par François Hollande lors de la conférence environnementale de septembre 2013. Les propositions sur la table sont loin de pouvoir financer et enclencher une transition énergétique qui soit à la hauteur des enjeux des exigences climatiques et de justice sociale.

Analyse et propositions.

Le financement de la transition écologique n’est pas un sujet technique et comptable. C’est une question politique qui conditionne l’efficacité écologique et la viabilité sociale de la transition.
Annoncée en grande pompe par François Hollande lors de la conférence environnementale de septembre 2013, la conférence bancaire et financière qui devait avoir lieu au printemps se tient finalement ce lundi 23 juin, pendant deux petits heures où seuls les représentants du secteur privé, bancaire et financier seront amenés à s’exprimer (voir le programme).

Comme s’il n’y avait que le lobby du bâtiment, le Crédit foncier, le Crédit mutuel, la CDC, la BPI, ou encore la Societe générale qui avaient des idées et des propositions en matière de financement de la transition énergétique. Comme si les outils et politiques de financement déjà existantes étaient suffisantes et adéquates. Faut-il rappeler ici que la Société Générale fait partie de ces banques qui financent très largement le développement du charbon aux quatre coins de la planète (voir notamment cette mobilisation contre le projet Alpha Coal) ?

Pourtant, la société civile ne cesse de faire des propositions constructives en la matière. Suite à la publication en novembre dernier d’un livre blanc sur le financement de la transition écologique, une consultation publique a été organisée jusqu’au 31 janvier 2014. Ainsi, les Amis de la Terre, Ecologie sans frontière, le RAC et le CLER ont publié leurs analyses et propositions. De son côté, Attac France a publié une analyse détaillée des méprises et erreurs politiques et méthodologiques du livre blanc qui se refuse à abandonner la prééminence des logiques de rentabilité financière sur l’urgence écologique et sociale, tout en établissant une série de propositions de financement. Nous n’avons reçu aucune réponse des organisateurs de la conférence bancaire et financière.

Lire la suite http://blogs.mediapart.fr/blog/attac-france/230614/financement-de-la-transition-energetique-nos-propositions

charbon-societe-generale5

VIDEO : http://video.sudouest.fr/bayonne-18-tonne-de-charbon-deversee-devant-la-societe-generale_3600598631001.php

Ce lundi 2 juin à 6H30, 20 militants du mouvement altermondialiste basque Bizi ! (= Vivre ! en langue basque) ont déversé, à l’aide de deux camions bennes, 1,8 tonne de charbon devant le siège régional de la Société Générale à Bayonne. Ils entendaient ainsi réclamer l’arrêt immédiat du soutien de cette banque française au projet Alpha Coal en Australie, considéré comme le détonateur d’une des 14 bombes climatiques de la planète (1).

Alpha Coal est un projet d’exploitation et d’exportation de charbon qui s’il se concrétisait, rejetterait dans l’atmosphère au moins 1,8 milliards de tonnes de CO2 -un des gaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique en cours- et ouvrirait la voie à l’exploitation de 8 autres gisements qui au total représenteraient quasiment les émissions annuelles de l’Allemagne entière.

En savoir plus http://www.bizimugi.eu/fr/charbon-devant-la-direction-regionale-de-societe-generale-a-bayonne/

Energy_Future_Holding-560x398

Toutes, ou presque, se déclarent très sensibles aux préoccupations environnementales. Ce qui n’empêche pas les banques françaises, Société Générale et BNP Paribas en tête, de soutenir financièrement les gaz de schiste, une industrie aux impacts néfastes pour les ressources en eau, les populations locales et le climat. C’est ce que révèle une étude réalisée par les Amis de la terre Europe, qui détaille les investissements et prêts dont bénéficient les compagnies pétrolières les plus actives dans ce secteur. Pourtant, d’autres grandes banques mondiales n’ont pas hésité à exclure les gaz de schiste de leurs investissements.

La France a pour l’instant fermé la porte au gaz de schiste sur son territoire. Mais ses entreprises nationales ne se privent pas d’en faire la promotion, en Europe et ailleurs, et d’y investir des ressources considérables. C’est le cas, bien sûr, pour les grands opérateurs gaziers, Total et GDF Suez, et pour les fournisseurs traditionnels du secteur des hydrocarbures (lire notre enquête à ce sujet). C’est aussi le cas des banques. Selon une étude réalisée pour l’association écologiste les Amis de la terre Europe, dont nous avons pu prendre connaissance en exclusivité, les banques françaises figurent en bonne place parmi les institutions financières les plus actives dans le financement du gaz de schiste dans le monde.

La Société Générale en pointe sur les gaz de schiste

L’étude détaille les différents types d’investissements et soutiens financiers – prêts, achat d’actions, souscription d’obligations ou garantie d’émissions d’obligations – dont bénéficient 17 entreprises très actives dans la prospection et l’exploitation de gaz de schiste, parmi lesquelles les « majors » pétrolières Total, Shell, Chevron ou l’espagnol Repsol, et des firmes nord-américaines ou polonaises moins connues

La suite sur http://www.bastamag.net/Ces-banques-francaises-qui

arton1489

Des militants d’une association environnementale ont occupé vendredi après-midi les locaux d’une antenne de la Société générale à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), avant d’être délogés par la police, pour protester contre un vaste projet minier en Australie soutenu par la banque, a-t-on appris auprès de l’association.

La trentaine de militants de l’association basque Bizi réclamaient le retrait immédiat de la banque du projet Alpha Coal, gigantesque mine de charbon située près de la Grande barrière de corail, dans l’Etat du Queensland (est).

Pour en savoir plus http://www.romandie.com/news/478584.rom

Photos de l’occupation

dscf8568

DSCF8528

Bizi_Societe_Generale_1-e5184

les-militants-de-bizi-en-pleine-conference-sauvage-dans_1820214_800x400

apres-les-prises-de-paroles-les-militants-ont-decide_1820217_800x400

IMG_0510

La Société Générale soutient un énorme projet de mine de charbon, Alpha Coal, qui ne respecte pas ses propres principes environnementaux et sociaux (1) pourtant faibles. C’est ce que révèle une étude publiée aujourd’hui par les Amis de la Terre qui passe au crible les risques du projet, notamment sur la biodiversité, les ressources en eau, la Grande Barrière de corail et le climat (2). Démentiels, ces risques ne doivent pas être ignorés et le projet ne peut continuer en l’état, comme l’a confirmé le tribunal foncier du Queensland mardi 8 avril (3). La Société Générale doit s’en retirer immédiatement.

En savoir plus http://www.amisdelaterre.org/Alpha-Alpha-Coal-un-projet-loin.html