Articles Tagués ‘Sonatrach’

La presse algérienne reflète très bien les contradictions d’une société qui doute de son avenir économique. Alors qu’un pétrolier, ex-ministre et patron de la Sonatrach devenu consultant, jure que le gaz de schiste est l’avenir du pays, un responsable algéro-américain explique que les leaders de la Silicon Valley sont natifs d’Alger, d’Oran, de Constantine et d’Ouargla…

⇒⇒⇒

 

Alors que Manuel Valls se rend en Algérie les 9 et 10 avril, le mouvement populaire contre le gaz de schiste est toujours vigoureux. Il y a un an, la recherche de gaz de schiste avait embrasé le sud du pays. Le bas prix du pétrole a conduit à suspendre les travaux, mais les multinationales et Total restent à l’affût.

arton9490-7cff5

Alger, reportage de Lina Maoubouté

(suite…)

Les Réserves souterraines aquifères sahariennes ÉPUISABLES et VULNÉRABLES sont menacées par le projet non-rentable et polluant de l’exploitation du Gaz de Schistes en Algérie

AquifereAlgerie (suite…)

« Nous avons troqué le gaz de schiste contre les jardins potagers »

par Hacina Zegzeg

Hacina Zegzeg était annoncée dans diverses rencontres à Paris, Lille, Lyon et Marseille, ces dernières semaines pour témoigner de la lutte à In Salah. Elle n’a pu finalement s’y rendre car le régime algérien a refusé de lui délivrer son passeport. A défaut de pouvoir être présente, elle a envoyé ce texte.

arton5514-1c9f4 (suite…)

A ne pas louper sur France Inter à 6h20 dans le 5/7, lundi 7 Mars, un reportage sur In Salah la rebelle qui se mobilise contre les gaz de schiste.

in-salah-9f9ac

©Farid/Liberté

(suite…)

La dégringolade des prix du pétrole est officiellement à l’origine de cette décision. La compagnie nationale pétrolière Sonatrach suspend son exploration de gaz de schiste près d’In Salah, dans le Sud de l’Algérie.

in-salah-manif_2611734_465x348p (suite…)

La genèse

Tout a commencé il y a une dizaine d’années quand l’Agence américaine de l’énergie a publié une étude dans laquelle l’Algérie était classée troisième au monde pour ce qui est des réserves de gaz de schiste, qu’elle avait estimées à près de 20 000 milliards de m3. Disons tout de suite que ce sont là des chiffres fantaisistes : la même agence, en utilisant les mêmes techniques d’appréciation, s’est trompée dans un rapport de un à cinq pour ce qui est des réserves de la Pologne.⇒⇒⇒⇒